search-form-close

Les images de la neige au Sahara d’Aïn Sefra fascinent le monde

Harbi et R. Ouamara

Les images de la tombée de la neige sur les dunes d’Aïn Sefra, dimanche 7 janvier, ne sont pas passées inaperçues. Les clichés de ce phénomène rarissime se sont affichés à la Une des importants médias de plusieurs pays du monde.

« La neige est tombée sur les hauts plateaux du désert, comme sur ces images à Aïn Sefra en Algérie (1500 mètres d’altitude). Il s’agit de la deuxième fois en 37 ans que de la neige est vue sur ces dunes », a titré le journal français Le Figaro dans sa version numérique.

Le Parisien a diffusé quant à lui une vidéo-diaporama intitulée : “De la neige au Sahara”. Ce média s’est penché notamment sur les causes qui se trouvent derrière le déroulement d’un tel phénomène en expliquant qu’il était « lié à une dépression météorologique située sur l’Espagne et le Portugal, instable en Méditerranée. »


« Dans le nord de l’Algérie, à Aïn Sefra, de la neige est tombée dans le Sahara, désert le plus chaud au monde. Ces images sont très rares », précise pour sa part la chaîne française Canal News (C News). Et d’ajouter : « Une période de temps glacial a frappé la région, recouvrant une partie des pentes de sable de neige. »

La chaîne de télévision TF1 a, elle aussi, qualifié ce phénomène de « rarissime », dans le reportage diffusé ce 8 janvier dans le journal de 20H. « Des flocons de neige sont tombés sur les dunes de l’Ouest algérien. C’est la deuxième fois seulement en 37 ans », précise le journaliste de cette chaîne très suivie en France.

La chaîne d’information Euronews, elle, a écrit : « Le célèbre désert du Sahara a été recouvert de neige. Le phénomène est aussi rare qu’éphémère : le manteau blanc a fondu quelques heures après. »

Outre-Manche aussi, les images d’Aïn Sefra n’ont pas échappé aux médias. The Independent a ainsi avancé que la tombée de la neige sur les dunes d’Aïn Sefra « était l’occasion pour les enfants de s’amuser durant la journée de dimanche, avant que la neige ne fonde vers 17h sous l’effet de la chaleur. » Le célèbre journal britannique a évoqué au passage les caractéristiques naturelles de la ville de Aïn Sefra, très chaudes en été et super-froides en hiver.

En Espagne, El País a signé un article indiquant que « le village algérien s’est teint de blanc pour la troisième année consécutive » (décembre 2016, janvier 2017 et 2018). « La chute de neige a produit une couche de 40 centimètres d’épaisseur », a-t-on pu également lire dans le texte qui s’attardait sur les raisons d’un tel phénomène : « La tempête est née de la vague de froid qui a frappé ce week-end les États-Unis et l’Europe selon les informations du service météorologique britannique Met Office. La pression élevée a conduit la tempête à se déplacer vers l’Afrique du Nord. »

El Tiempo annonçait quant à lui qu’une « tempête de neige atypique est tombée sur les dunes dorées d’Aïn Sefra, située dans la province de Naama, en Algérie. »


Le renommé quotidien allemand Die Welt expliquait que le spectacle météo photographié par les badauds a été partagé sur les réseaux sociaux et largement commentés.

Le journal italien La Repubblica publiait sur son site Internet trois clichés des dunes enneigées, expliquant que le nom de la ville signifiait en arabe « Printemps jaune » et concluant par ces mots : « Même pour les habitants de la région, en majorité berbère, les précipitations de cette année sont encore extraordinaires : une quantité similaire de neige n’a été mesurée que trois fois au cours des 38 dernières années. »

Le phénomène a également été relaté en dehors de l’Europe, puisqu’aux États-Unis, NBC News, la chaîne de télévision américaine, a diffusé une vidéo de 35 secondes qui qualifiait ce spectacle de « fait rare ».

Le New York Post a titré : « Même le désert du Sahara ne peut pas échapper à cette vague de froid ».


Plus bas sur le continent américain, en Argentine, le renommé Clarín a cité les propos que Karim Bouchetata, l’auteur des clichés qui ont fait le tour des réseaux sociaux, confiait à l’Express : « Nous avons été vraiment surpris quand nous nous sommes réveillés et avons vu à nouveau la neige. Cela a duré tout le jour puis la neige a commencé à fondre aux alentours de 17 heures. »

Enfin, au Brésil, le quotidien généraliste O Globo a comparé la situation exceptionnelle d’Aïn Sefra avec d’autres cas dans le monde : « Tandis que le froid a gelé les chutes du Niagara, au Canada, les thermomètres en Australie ont enregistré une température de 46 degrés Celsius, atteignant les niveaux les plus hauts depuis des décennies. »

close