search-form-close
Ligue 1 : Medouar refuse de polémiquer avec le président de la JSK

Ligue 1 : Medouar refuse de polémiquer avec le président de la JSK

Le président de la Ligue de football professionnel (LFP) Abdelkrim Medouar refuse de polémiquer avec le président de la JS Kabylie Chérif Mellal.

« Même si j’ai été touché dans mon honneur et ma dignité, ma position en tant que président de la LFP et mon souci de privilégier l’intérêt général et l’apaisement avant tout autre chose, m’empêchent de lui répondre. Je n’ai jamais répondu aux propos tenus par les responsables de ce club par respect à la JSK, à son histoire, et à ses nombreux titres. Ceux qui pensent que Medouar a un problème avec la JSK, ils se trompent, tout ce qui a été écrit et dit est de la pure une diffamation », a affirmé le premier responsable de la LFP à la presse, à l’issue de la rencontre ayant regroupé au centre technique national de Sidi Moussa les présidents des clubs professionnels, la Ligue, et la FAF.

Vendredi 23 novembre, à l’issue du match en déplacement face au CABB Arreridj (défaite 1-0), le président de la JSK a tiré à boulets rouges sur le Medouar, le rendant responsable d’une campagne d’acharnement visant son club, et le qualifiant de « mafia ».

« Medouar est l’ennemi de la JSK, il est illégal à la LFP. Nous sommes ciblés par cette mafia de ce monsieur, il n’est même pas un monsieur (Medouar, NDLR). On ne va pas se taire. La JSK est plus grande que lui. », a réagi Mellal.

« Chaque président a le droit absolu de défendre les intérêts de son club, mais il y’a une manière de le faire. Les auteurs de ces propos doivent éviter de toucher aux personnes et à leur dignité. Le manque de respect ne doit pas exister. Si je n’ai pas répondu (à Mellal, NDLR), ce n’est nullement à cause d’une position de faiblesse de ma part, mais surtout par respect à la JSK, à son public, et à son histoire. Nous devons tous privilégier l’intérêt du football national au lieu de verser dans la polémique », a-t-il ajouté.

« Nous devons nous comporter avec un sens de responsabilité. Celui qui a un souci avec la LFP n’a qu’à nous écrire par courrier, et c’est à nous de lui réponde dans les délais. Les déclarations fracassantes à travers les médias n’ont qu’un seul but : empirer davantage la situation, c’est ce que nous voulons éviter », a-t-il conclu.

close