search-form-close
  • Brent: $62,15-0,85%
  • Taux de change: 1 € = 134,84 DZD (Officiel), 204,50 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Maduro à Alger : un entretien avec Bouteflika toujours incertain

Sidali Djarboub / NEWPRESS
Le président vénézuélien Nicolas Maduro est arrivé dans la nuit de dimanche à lundi à Alger, il a été accueilli au salon d’honneur présidentiel de l’aéroport Houari-Boumediene, par le président du Conseil de la national, Abdelkader Bensalah.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a débuté dimanche 10 septembre une visite officielle de 24 heures en Algérie, avec au menu la question du pétrole, dossier sensible pour les deux pays producteurs. La visite semble avoir été programmée à la dernière minute.

Nicolas Maduro, dont le programme de la visite n’a pas été précisé, a atterri à Alger samedi sur son chemin du retour d’Astana, au Kazakhstan, où il a participé à un sommet des chefs d’États de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), au titre de président en exercice du Mouvement des pays non-alignés.

Selon la presse suisse de ce lundi, Maduro était d’abord pressenti à Genève pour la session du Conseil des droits de l’Homme. Finalement, M. Maduro sera représenté en Suisse par son ministre des Affaires étrangères, Jorge Arreaza.

À Alger, initialement, l’agence officielle APS avait évoqué « une escale technique ». Maduro a été reçu, samedi en fin de journée, à l’aéroport, par Said Bouhadja, président de l’APN. Le lendemain, la présidence de la République annonçait dans un communiqué que le chef de l’État vénézuélien était en Algérie pour une visite officielle de deux jours.

« Le président de la République bolivarienne du Venezuela, son excellence, Monsieur Nicolas Maduro Moros, effectue une visite à Alger, les 10 et 11 septembre 2017 », a précisé le communiqué. On notera que la mention « à l’invitation du président Bouteflika » habituellement utilisée dans les communiqués de la présidence ne figure pas dans celui diffusé dimanche.

Selon l’agence AFP, le programme officiel ne fait pas mention d’un entretien entre les deux chefs d’États, mais des responsables de la présidence ne l’ont pas exclu expressément. “On ne sait pas encore”, a expliqué un responsable à l’agence de presse française.

La dernière rencontre entre Bouteflika et un dirigeant étranger remonte au 28 mars dernier quand il avait reçu à Alger le président congolais Denis Sassou-Nguesso. Depuis, aucun responsable étranger n’a été reçu par le chef de l’État. Une visite du président français Emmanuel Macron a été évoquée cet été. Mais, selon nos informations, les préparatifs n’ont toujours pas été entamés.

LIRE AUSSI : Les visites de chefs d’États étrangers, véritable baromètre de la santé du président Bouteflika

Le Venezuela est un partenaire important pour l’Algérie. En plus des traditionnelles relations entre les deux pays, renforcées sous Chavez, Alger et Caracas sont engagées ensemble au sein de l’Opep dans la bataille pour faire remonter les prix du baril dont leurs économies dépendent très fortement.

close
close