search-form-close
  • Brent: $63,16+0,81%
  • Taux de change: 1 € = 134,84 DZD (Officiel), 204,50 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Les visites de chefs d’États étrangers, véritable baromètre de la santé du président Bouteflika

NEWPRESS

La visite officielle prévue par le président de la France Emmanuel Macron en Algérie n’a toujours pas été programmée. Malgré les annonces des deux côtés, aucun processus de préparation n’a été entamé. Des sources des deux pays évoquent vaguement une visite qui pourrait intervenir « à la fin de l’année », sans plus de précisions.

Alors que les précédents présidents français réservaient traditionnellement leur première visite à l’Algérie, le président Macron a d’ores et déjà effectué une visite au Maroc en juin dernier.

Une visite en Tunisie est également au programme du président français avant la fin de l’année en cours, a annoncé le chef du gouvernement Youssef Chahed lors de son discours à l’ambassade de France à l’occasion de la célébration du 14-Juillet, selon les médias tunisiens. La visite en Tunisie pourrait donc avoir lieu avant celle en Algérie.

L’absence de programmation de la visite d’Emmanuel Macron en Algérie réside une nouvelle fois dans la santé précaire du président Bouteflika. En février dernier, la visite de la chancelière allemande Angela Merkel avait dû être annulée en raison d’une « bronchite aiguë » du chef de l’État algérien. Censée être reportée à une date ultérieure, aucune visite de la chancelière n’est pour le moment prévue.

En mars, le président iranien Hassan Rohani a également reporté sa visite prévue en Algérie, bien qu’il ait été précisé par les autorités algériennes que cela était « à la demande de la partie iranienne, pour des motifs purement iraniens ».

Depuis l’Accident vasculaire cérébral (AVC) dont a été victime le président Bouteflika en 2013 et sa santé très fragile subséquente, les visites de chefs d’États en Algérie jouent en quelque sorte le rôle de baromètre pour jauger de l’état physique du président algérien. En 2014, seuls neuf chefs d’États ont effectué une visite en Algérie. Parmi eux, on peut citer la visite du président égyptien Abdelfattah Al-Sissi en juin 2014.

De plus, cinq des neuf visites des chefs d’États ont été effectuées durant les 45 derniers jours de l’année, avec notamment la visite du président de la Turquie Recep Tayyip Erdogan les 19 et 20 novembre 2014, celle du président du conseil italien Matteo Renzi le 2 décembre ou encore la visite du président de l’État de Palestine Mahmoud Abbas le 22 décembre.

L’amélioration de l’état de santé du président Bouteflika a, semble-t-il, perduré également dans le courant de l’année 2015, puisque pas moins de 17 visites de chefs d’État ont été effectuées en Algérie durant l’année en question. À noter que 14 des 17 visites ont été effectuées par des chefs d’États du continent africain, dont deux visites du président malien Ibrahim Boubacar Keïta en mars et août 2015, mais aussi la visite des présidents du Sénégal, du Zimbabwe, du Bénin ou encore du Niger ou d’Afrique du Sud.

Trois chefs d’États non africains ont en parallèle rendu visite au président Bouteflika en 2015. Il s’agit du président du Venezuela Nicolas Maduro en janvier, du président cubain Raul Castro en mai et du président français François Hollande en juin, avec le fameux épisode où ce dernier saluait « l’alacrité » du président algérien.

La santé du président Bouteflika semble cependant s’être dégradée durant l’année 2016. Nonobstant la terrible photo du président Bouteflika tweetée en avril 2016 par le Premier ministre français Manuel Valls, qui n’était pas chef d’État, les visites de chefs d’États se sont limitées au nombre de 7 sur l’ensemble de l’année dernière.

Deux de ces visites ont d’ailleurs été effectuées par le président du Conseil présidentiel de Libye Faiz Serradj, en janvier et en octobre, et une visite « de fraternité » a été effectuée par le président de la Tunisie Béji Caid Essebsi en décembre 2016. Le président Bouteflika a par ailleurs reçu en 2016 la visite de deux présidents européens, à savoir la présidente de Malte, Marie Louise Coleiro Preca, en janvier et le président de la Serbie, Tomislav Nikolic, en mai.

Pour l’année 2017, une seule visite a pour l’instant été effectuée par un chef d’État. Le président de la République du Congo, Denis Sassou N’Guesso, a en effet effectué une visite d’État de quatre jours en Algérie, durant laquelle il s’est entretenu avec le président Bouteflika le 28 mars dernier.

close
close