search-form-close
  • Brent: $49,03+0,62%
  • Taux de change: 1 € = 126,62 DZD (Officiel), 192.50 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Malgré les sommes injectées et les incitations, le secteur du tourisme peine à décoller en Algérie

TSA Algérie

Comme chaque année, à la même période, des millions d’Algériens partent passer leurs vacances à l’étranger. On annonce que la Tunisie en particulier devrait accueillir près de 2 millions de touristes algériens. Principale raison de cet exode annuel, notre pays manque cruellement d’infrastructures touristiques, dû à la faiblesse des investissements dans le secteur.

800 projets dans l’hôtellerie

Pourtant, les responsables du secteur, qui se succèdent à une cadence accélérée ces dernières années, ne manquent aucune occasion de souligner la volonté des pouvoirs publics de développer le tourisme national et de l’insérer dans les circuits commerciaux du tourisme mondial. Le Schéma directeur d’aménagement touristique « SDAT» 2030 constitue le cadre stratégique de référence pour la politique touristique du pays. Ses objectifs sont particulièrement ambitieux et visent une contribution du tourisme à hauteur de 10% du Produit national brut (PNB), un taux proche des normes internationales.

Les bilans des intentions d’investissements rendus publics au cours des dernières années évoquent l’approbation de plus de 800 projets dans l’hôtellerie pour un investissement global prévu supérieur à 3 milliards de dollars .Ces projets, qui ont une capacité cumulée de 100.000 lits, devraient générer 44.000 emplois, selon les prévisions. Le tourisme d’affaires arrive en tête des projets avec 600 hôtels dans les régions urbaines. Les régions côtières devraient bénéficier de plus de 150 nouveaux hôtels. D’autres structures d’hébergement devraient, par ailleurs, être installées dans les régions sahariennes et les stations thermales.

Une enveloppe de plus de 600 millions de dollars  doit servir, d’autre part, à financer la réhabilitation des hôtels publics qui représentent 20% du parc hôtelier national.

Un gros retard à rattraper

Pour la majeure partie des professionnels de l’industrie du tourisme, les choses sont cependant entendues : les banques ne financent que marginalement cette activité. Leur argument principal repose sur le fait que le secteur touristique ne pèse actuellement que de moins de 1% des crédits bancaires à l’économie nationale.

Du côté des banques, publiques comme privées, on souligne, au contraire, que la profession a, au cours des dernières années, signé de nombreuses conventions avec le ministère du Tourisme dans le but de renforcer la contribution du système bancaire national au développement du secteur .

Dans le but de rattraper les retards accumulés par un secteur qui a longtemps fait figure de parent pauvre, les banques adoptent aujourd’hui une attitude plus favorable. « Nous sommes plutôt en quête de bons projets dans le secteur touristique et tous les hôteliers qui ont des dossiers d’investissement bien ficelés avec un business plan et une étude de rentabilité claire bénéficient des concours de notre banque », explique un banquier privé.

Les ressources budgétaires se faisant de plus en plus rares, les responsables gouvernementaux du secteur du tourisme soulignent en chœur que la plupart des investissements relatifs au secteur du tourisme qui seront concrétisés à l’avenir seront pris en charge par le secteur privé.

Le financement des projets touristiques est couvert actuellement à concurrence de 60 à 70 % par les banques. Ce financement s’opère dans le cadre d’une convention signée entre les ministères du Tourisme et des Finances et les banques. C’est Ainsi que la Société Générale Algérie (SGA), Arab Gulf Bank (AGB), Banque El Baraka, Trust Bank et Salama Bank se sont engagées en 2014 à travers ces accords à financer les projets d’investissement dans le secteur touristique pour des montants représentant jusqu’à 70% de chaque projet et cela pour une durée de 12 ans au maximum.

Des mesures fiscales incitatives 

Ces accords viennent soutenir les conventions déjà signées en 2012 avec les six établissements bancaires publics. Ces différentes conventions ont également prévu l’intégration du FGAR (Le Fonds de Garantie des Crédits aux PME) pour la partie garantie de financement des équipements.

Les avantages dont bénéficie le financement des projets touristiques sont très loin d’être négligeables. Depuis la LFC 2009, les investisseurs dans le domaine de l’hôtellerie au niveau des wilayas du Nord et de celles du Sud bénéficient respectivement d’une bonification de 3% et de 4,5% des taux d’intérêt applicables aux prêts bancaires.

Les mesures fiscales destinées à encourager l’investissement dans le domaine touristique se sont également multipliées au cours des dernières années. Parmi les avantages dont bénéficie le secteur, on peut mentionner que les activités touristiques sont soumises à l’IBS au taux de 19% (alors que les autres activités sont soumises aux taux de 25%) avec une exonération pour une période de 10 ans pour les entreprises touristiques à l’exception des agences de tourisme et de voyages.

Le secteur bénéficie également d’une exonération permanente de la TAP ainsi que de l’application, jusqu’au 31 décembre 2019, du taux réduit de 7% de TVA. Le secteur du tourisme est enfin assujetti au taux réduit de droit de douane sur les acquisitions d’équipements et d’ameublement non produits localement.

Une équation complexe

Mais malgré ces mesures, le secteur peine à décoller. Parmi les problèmes qui restent à régler dans le domaine du financement figure, selon des sources bancaires, celui du renforcement des fonds propres des candidats à l’investissement. « L’industrie du tourisme est fortement capitalistique et exige des fonds importants engageant des risques à très long terme. Les fonds propres engagés par l’investisseur lui-même doivent servir d’amortisseur », explique un banquier.

Face à cette équation complexe pour le secteur bancaire, les pouvoirs publics tentent d’associer les sociétés de capital investissement au financement du secteur. Des solutions qui restent encore très insuffisantes au regard des besoins financiers du secteur, selon beaucoup d’analystes qui réclament la création d’un fonds d’investissement spécialisé doté de ressources beaucoup plus importantes. Un tel fonds d’investissement dédié au secteur touristique serait susceptible de « mobiliser des fonds auprès d’organismes collectant de l’épargne longue (caisses de retraite, compagnies d’assurance, etc.), voire auprès d’investisseurs internationaux privés ou des institutions multilatérales », argumentent-ils. Une chose est sûre : il faut changer d’échelle dans le financement du tourisme en Algérie.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis (33)

    • Genseric

      Genseric

      Nos décideurs n’ont rien compris quant à la politique du tourisme . La construction des hôtels n’est pas une condition suffisante pour promouvoir le tourisme en Algérie . Il y a un adage qui dit ” qabla ma tebni el massadjed rabbi essadjed ” ( avant de construire les mosquées , éduque les croyants ) . C’est à dire qu’il faut d’abord éduquer le peuple , former les jeunes dans le tourisme , “éduquer” les responsables à tous les niveaux et de toutes les institutions ( hé oui, cela vous parait étonnant hein..?) à se mettre à la disposition du touriste de jour comme de nuit pour que rien ne lui manque et d’être à son écoute ; en veillant à la propreté ; à sa sécurité . Faciliter l’octroi des visas . Eduquer les commerçants dans leur relation avec les touristes pour qu’ils évitent de les duper et les escroquer . Tout un programme .

    • samyalg

      samyalg

      @Sarahlille
      pourquoi ta famille n’était elle pas partis à Nice ou Monaco ?
      ils offrent un service remarquable $$$ ne venez pas chez nous , on s’y sent bien tous seuls

      • Sarahlille

        Sarahlille

        Parce qu’elle a épousé un algérien et voulait découvrir le pays de son mari

      • Reese

        Reese

        Crève tout seul tu vie pas d’amour et d’eau fraiche. Sans la richesse du sol algérien tu serais rien à cette heure-ci. On préférerais l’Algérie à Monaco ou Nice si le service serais correct loin de là. Je préfère que ma nation de coeur prene l’argent je te rassure. Mais tu ne représente pas l algérien avec ton discours nationaliste haineux.

    • Sarahlille

      Sarahlille

      Un membre de ma famille m’a dit une fois qu’elle était partie en Algerie . Une fois au restaurant, apres une heure d’attente ,
      Elle est partie les voir . Ils l’ont envoyé balader et demander à parler à son mari . Son mari lui dit que Ca fait plus d’une heure qu’ils attentent les petits ont faim. Le serveur lui a dit il a assez de restaurant à Alger . Si t’es pas content tu peux partir . Je te retiens pas . Apparement c’est la Norme la bas . Ils n’aiment pas les touristes

    • bazokzeb

      bazokzeb

      Et apres l’air du pétrole et du gaz tu finira comme le Yémen ??Ici tu exageres Monsieur
      le nombre de chiites en algerie ne depasse pas 1000 chiites..
      L’algerie est un pays agricole,l’agriculture est un facteur important de l’économie .
      L’amont Agricole, qui emploie environ 1,6 millions de personnes (23% de la population active) est ainsi devenu le contributeur principal à la richesse nationale hors hydrocarbures (11% du PIB) dans les trois grands types d’espaces que sont l’espace Nord, l’espace Hauts Plateaux et l’espace Sud, pourront, moyennant une profonde réorganisation, produire tout ou presque tout ce dont l’Algérie a besoin pour nourrir sa population..

      • Reese

        Reese

        C’est pour sa que la vie est aussi chère. Me parle pas de chiites car je vois aucun rapport, tu t’ emmele les pinceaux. Un humain reste un humain tu ne vaut pas mieux. Les dirigeants marche avec des oeillères et refusent de voir la réalité tout comme toi. Ils ont calmés la populations avec leur programmes d’investiments (ENSEJ) qui s’est avéré une vrai catastrophe . Tu pense que l’Algérie est si prospère que sa, pourquoi la jeunesse qualifié ou non cherche à s’exporter à tout pris. Car aucun avenir sans piston. L’avenir nous le dira de toute façon. Bonne continuation et vive l’Algérie moderne. Vive la liberté, ouvrons nous au monde et arrêtons de croire qu’on est meilleur dans tout les domaines.

      • Volubilis

        Volubilis

        Un pays doit donner du boulot à ses enfants sous toutes ses formes: agriculture, industrie et services. Le tourisme fait partie des services. Les pays les plus prestigieux font du tourisme: les États-Unis, le Japon, L’Espagne, la France, l’Italie, la Chine, etc… Pourquoi pas l’Algérie ? Un emploi en plus c’est un chômeur et un jeune qui essaie d’émigrer au péril de sa vie.

    • bazokzeb

      bazokzeb

      On doit connaitre que les algeriens sont bien places que nos voisins .
      Les algeriens passent leurs vaccance a l’etranger ce n’est pas le cas de nos voisins marocains et tunisiens..Pour l’Algerie il faut avoir une industrie du tourisme bien Controller.un voyage organisé oui, mais pas le tourisme de masse,le bon choix pour tous algeries et ceux qui se préoccupent de l’environnement doit dire non au tourisme de masse. ..Pour l’instant les pays touristique de masse ont rien gagner ..Les pays dépendant fortement des recettes du tourisme – Le développement touristique a déjà dégradé de
      nombreux écosystèmes, Le tourisme accroît les problèmes d’approvisionnement
      en eau en concentrant la demande en particulier dans les régions sèches, ensoleillées
      préférées des touristes où les ressources en eau sont déjà rares..Laisser notre
      algerie sans touriste ..c’est mieux pour les algeriens..

      • Reese

        Reese

        Et apres l’air du pétrole et du gaz tu finira comme le Yémen. Les émirats exerce du tourisme de masse, tout en respectant la dignité du pays. Je suis d’accord, je suis contre un tourisme façon Tunisie ou Maroc, mais inovont sans copié forcément. Le monde est grand et aujourd’hui le touriste à le choix. Avec ou sans l’Algérie lui il passera c’est vacances. Saisissons la chance de récupérer une mane touristique à 2h d’Alger qui boostera l’économie locale. Sans oublier l’avantage de la position de l’aéroport d’Alger qui peux devenir une porte d’escale pour la plupart des destinations Africaine voir plus.

      • Volubilis

        Volubilis

        votre raisonnement est absurde. Ce n’est pas que certaines expériences présentent des inconvénients (votre constat est d’ailleurs complètement à côté) qu’il faut abandonner un secteur économique porteur d’emplois et de valeur ajoutée. Le tourisme est une INDUSTRIE. Un savoir-faire. C’est comme l’automobile, la banque ou l’aéronautique. Il faut l’apprendre et le faire à sa façon en apprenant des erreurs des autres. Ne rien faire ne crée pas de richesses et vous laisse dépendants du pétrole et du gaz, c’est un choix et c’est votre affaire. Les gens ont besoins d’emplois.

    • netzer

      netzer

      les touristes sont envahissants et meprisants; que l algerie reste aux algeriens ! notre pays est grand et beau pour une sipetite population qui peut vivre aisement et profiter aux maximum de nos reliefs, de nos belles plages, du tassilli, des montagnes de kabylie et de beni snous,des ruines romaines, de vestiges musulmans………je suis jaloux de mon pays mais ,je ne suis pas raciste !

    • meteor

      meteor

      @BIGMASTER: ” Le tourisme en Algérie restera par terre afin de permettre aux Tunisiens et aux Marocains de profiter du touriste Algérien et ceci est une large preuve que la politique algérienne est dictée de la France qui reste malheureusement la tutelle de la république algérienne”.
      C’est-à-dire que l’Hexagone veut protéger ses satellites marocain et tunisiens par leur politique reposant sur les trois (3) “S” (Sun, Sea and Sex) afin que des français puissent commettre des actes immondes interdits et condamnés dans l’Hexagone?

      • Volubilis

        Volubilis

        Vous divaguez, ils faut rester sur le plan économique si vous voulez avancer. Il faut une analyse de ce qui n’a pas marché. Il faut corriger le tir et revoir sa copie. En attribuant ses échecs aux autres vous tournerez en rond indéfiniment. L’économie est une science. Dénigrer les autres ne vous avance à rien.

    • BIGMASTER

      BIGMASTER

      Le tourisme en Algérie restera par terre afin de permettre aux Tunisiens et aux Marocains de profiter du touriste Algérien et ceci est une large preuve que la politique algérienne est dictée de la France qui reste malheureusement la tutelle de la république algérienne

      • bibou

        bibou

        t’as tout dit, le fiasco du tourisme en algerie a commencer durant les années 80 sous chadli, la marionette de mitterand avec son slogan l’algerie aux algeriens.
        sachant ke sous boumediene la politique touristique de l’epoque etait l’equivalent de la politique actuelle de la tunisie, kel regression

    • meteor

      meteor

      @Sarahlille: ” Le maroc développe aussi le tourisme écologique . Je l’ai déjà fait et s’est extra .”
      Si c’est le cas, c’est tant mieux. Cependant, il est craindre que pour le royaume, c’est déjà trop tard. Il vous suffit de prendre exemple sur la citée de Saïda (?) dont les grotesques complexes furent construits afin d’accueillir 4 millions de touristes algériens, mais s’est finalisé par un fiasco total et présentement, ce lieu d’estivage se meurt.

      • Sarahlille

        Sarahlille

        Saidia s’est pas loin de chez moi et s’est loin d’être mort croit moi . Un peu trop développer même pour une région conservatrice comme le rif

      • Sarahlille

        Sarahlille

        4 millions de touristes algériens ? D’où tu sors ca 😂😂😂😂

      • netzer

        netzer

        quand 90/00 de la population boycotte les elections legislatives ; a fait peur aux autres(instabilite)

    • meteor

      meteor

      @Volubilis: Le tort de l’Algérie serait de plagier le tourisme de masse comme le Maroc et la Tunisie.
      En revanche, l’Algérie serait bien inspirée de promouvoir un tourisme écologiste car celui offre une plus-value (les écolos occidentaux bénéficiant de salaires confortables (Suédois, Hollandais, Allemands) et prêts à payer plus cher en raison de leur idéologie.
      Sinon, effectivement des endroits comme l’exceptionnelle Kabylie ne sont pas légion dans ce monde. D’où la nécessité à ne pas la “défigurée” avec des hôtels démesurés.

      • Sarahlille

        Sarahlille

        Le maroc développe aussi le tourisme écologique . Je l’ai déjà fait et s’est extra .

    • meteor

      meteor

      @Reese: ” Retirer les visas et investisser dans des vrais infrastructures dans le désert.”
      Abolir les visas est impossible en Algérie car la réciprocité doit s’activer d’office. Pire même, le Maroc l’avait appris à ses dépens lorsqu’il avait exigé des visas aux Algérien.ne.s (une erreur monumentale par H2).
      Reste à savoir si le tourisme en Algérie ne devrait-il pas être privatisé aux étrangers sous condition de la règle 51/49%?
      Il faut savoir que l’Algérie possède le plus grand potentiel touristique du Maghreb et notamment pour cause de son histoire (au bas mot 6 millions de tourismes français quasiment assuré par les pieds-noirs et leurs descendants).

    • Volubilis

      Volubilis

      Sur le papier l’Algérie a plus d’atouts que le Maroc ou que la Tunisie. Elle a des plages, elle des montages, probablement le plus beau désert et une clientèle nationale solvable. Et c’est là son erreur. Pourquoi aller aller sur la voie du tourisme international ? Pas besoin. D’abord satisfaire les millions de touristes nationaux. C’est suffisant pour construire une industrie du tourisme. Et ensuite aller pour affronter la concurrence. L’Algérie depuis son indépendance veut griller les étapes et grille surtout ses atouts, c’est systématique. Il faut changer de méthode.

    • netzer

      netzer

      le tourisque en algerie est une aventure a eviter ! par contre on peut commencer par les sites et vestiges romaines avec une bonne cooperation avec des Italiens pour la recherche archeologique et l embellissement de leur environnement.Et ainsi les motiver a drainer leurs compatriotes .La ville de jemila et cent fois plus belle et attirante que le colisee de rome !mais la valorisation des sites n est pas la meme dans les deux pays. le personel politique n est pas le meme;et le patriotisme n a pas le meme sens dans les deux pays ! et puis les islamistes decouragent toute initiatives dans ce sens! la seule question qui me taraude :pourquoi ?les algriens prennent des vacances dans des pays musulmans ou on fait la fete jour et nuit( maroc,tunisie, turquie, dubai,……et meme malaisie ?FINALEMENT C EST UNE DECISION POLITIQUE COURAGEUSE QU IL FAUT PRENDRE SI REELLEMENT QUE LE TOURISME SE DEVELLOPE ET DIEU SAIT CONBIEN D ATOUTS a l Algerie ?

    • MarwanC

      MarwanC

      Gazelle d’Or Touristic Complex (EL OUED) ,Jardins des Zibans | Touristic Complex & Water Park (BISKRA ) ,MostaLand (Mostaganem) … ces projets qui n’intéresse pas TSA… mais si on découvre un crapaud mort dans l’une des piscines du complexe. Tu vas les voir rappliquer….

    • Navigateur

      Navigateur

      Avant d injecté.il faut éliminé l agent de la PAF désagréable.le douanier véreux.le chauffeur de taxi râleur.le commerçant désagréable.le serveur salé.le plagiste voleur…..continuez la liste

    • Reese

      Reese

      En 2017 il commence à se poser des questions sur le tourisme. Pourquoi ne pas avoir investis quand le prix du baril été au plus haut. Retirer les visas et investisser dans des vrais infrastructures dans le désert. Les hôtels de luxe en méditerannée c’est déjà vu. Le jour où je marcherais avec ma femme sans qu’on me dévisage comme un extraterrestre et qu’on ne m’arrête pas à un barrage pour me demander d’échanger des euros je reviendrais inch’Allah.

    • Frida

      Frida

      Vous parlez de tourisme. Tant que les hôtels sont sales et que les cafards proliferent, la literie et le mobilier vetustes, les douches et toilettes sales font fuir les touristes même si c’est offert gratuitement. La je parle de touristes locaux. Quant aux touristes étrangers, ne les attendez pas. Ceux-ci sont trop exigeants. L’étranger cherche la sécurité, veut se balader en short et visiter des lieux de vestiges antiques. L’étranger veut manger bien. Les seuls restaurants fréquentables sont tres chers , un plat de quelques sardines +1maigre poison revient très cher. Et le plus important pour retenir un touriste étranger c’est de trouver et boire une bière ou un verre de vin et aller s’éclater pendant la soirée dans une discothèque. Toutes ces conditions ne sont pas encore réunies en Algérie. C’est hram.

    • didinemb

      didinemb

      Tout simplement il n’y a pas les gens qu’il faut le savoir vivre n’est pas donner à tous le monde

    • GUERRIER

      GUERRIER

      Surtout ce qui manque au tourisme en algérie;c’est les vrais professionnels en la matière;nos affairistes corrompus ils croient etres professionnel dans tout les domaines ou y’a de l’argent a ramasser; alors c’est archi faux;ils s’empèchent les professionnels a développer le tourisme juste pour leurs intérét;le pays ils sont foute pas mal

  • À la une

    17Quand la campagne contre des hommes d'affaires met à mal la cohésion au pouvoir 
    Il y a 4 heures

    Le président Abdelaziz Bouteflika a instruit son premier ministre Abdelmadjid Tebboune de…

    Le président Abdelaziz Bouteflika a instruit son premier ministre Abdelmadjid Tebboune de sévir contre « les hommes d’affaires qui ne respectent pas les règles et ceux qui transfèrent de l’argent d’une manière illicite à l’étranger ». Parmi les hommes d’affaires visés figure Ali Haddad. Son groupe ETRHB Haddad a notamment reçu plusieurs mises en demeure de la part d’organismes publics concernant des projets en souffrance.

    Le nom de Haddad a été associé au président de la…

  • L'Actualité en temps réel

  • International