Qui est Slimane Chenine, nouveau président de l’APN ? — TSA
search-form-close
Qui est Slimane Chenine, nouveau président de l’APN ?

Qui est Slimane Chenine, nouveau président de l’APN ?

F.G / PPAGENCY

Slimane Chenine, 54 ans, est le nouveau président de l’APN. Il devient le premier opposant à occuper ce poste depuis l’indépendance de l’Algérie.

Ce natif de Ouargla, dans le Sud-Est algérien, est parmi les membres fondateurs de l’Union générale étudiante libre (UGEL), réputée proche du courant islamiste.

Jeune, Slimane Chenine adhère au mouvement mené par Mahfoud Nahnah et suit l’évolution de l’organisation caritative El Islah oua El Irchad. A Ouargla, il milite au sein du Hamas, devenu HMS, Harakat Moujtam’a al-Silm (Mouvement de la société pour la paix, MSP).

Il évolue rapidement dans la hiérarchie du MSP jusqu’à devenir conseiller politique et secrétaire particulier de Mahfoud Nahnah qui le charge après de diriger le service communication du parti. Un poste qui lui a permis de bien connaître le milieu de la presse algérienne, étant lui-même journaliste.

Il réussit, durant la deuxième moitié des années 1990 et le début des années 2000, à bien vendre l’image du MSP, dirigé alors par son chef historique Mahfoud Nahnah, représentant du mouvement des Frères Musulmans en Algérie.

Après la mort de Nahnah en 2003, le MSP connait des tiraillements internes et des divergences politiques avec l’arrivée de Bouguerra Soltani, ce qui pousse plusieurs cadres à le quitter.

Fidèle à la ligne de Mahfoud Nahnah

Slimane Chenine, resté fidèle à la ligne du chef historique de l’ex-Hamas, démissionne. Il participe plus tard, en mars 2013, à la création du mouvement El Bina’a al -Watani (la construction nationale) avec Abdelkader Bengrina, ancien ministre du Tourisme, et Ahmed Dane, ancien membre dirigeant du MSP. Un parti de tendance islamo-nationaliste modérée proche des Frères Musulmans inscrit dans une logique d’opposition.

En 2017, Slimane Chenine entre au Parlement sous les couleurs d’El Bina dont il préside le Conseil politique. Il est également membre du conseil national de ce parti. El Bina crée avec Ennahda et El Adala un groupe parlementaire islamiste, dirigé pour un temps par Slimane Chenine. Il est membre fondateur de la Ligue des Parlementaire pour El Qods et membre de l’Union des parlementaires arabes.

En plus de son action parlementaire, Slimane Chenine dirige le quotidien arabophone Al Ra’id. Il crée à Alger le Centre Ra’id pour les études stratégiques.

Dès le début du mouvement populaire de contestation, il  apporte publiquement son soutien et participe à des marches à Alger et à Ouargla. Il appelle, dès les premières semaines du hirak, le pouvoir à répondre aux revendications populaires de changement politique pour « éviter la destruction du pays », s’est prononcé contre la récupération partisane des marches et a dénoncé « les forces extraconstitutionnelles, la mafia et ceux qui volent les richesses du peuple ».

A plusieurs reprise, il a appelé la justice à agir efficacement et réellement contre la corruption. Slimane Chenine est marié et père de trois enfants.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close