search-form-close
Ramtane Lamamra, un brillant diplomate rejoint la présidence de la République

Ramtane Lamamra, un brillant diplomate rejoint la présidence de la République

Depuis le décès, fin 2014, d’Abdelatif Rahal, le président Bouteflika n’avait plus de conseiller diplomatique. C’est désormais chose faite. Ramtane Lamamra a été nommé, mercredi 13 février, ministre d’Etat, conseiller diplomatique du président de la République. Sa nomination devrait être annoncée officiellement ce jeudi via un communiqué.

Moins de deux ans après son départ surprise du gouvernement, Ramtane Lamamra revient par la grande porte. Après son départ de l’exécutif, le diplomate n’a pas chômé. Il a mené des missions pour l’ONU et pour l’Union africaine.

En attendant la feuille de route de son nouveau poste, Ramtane Lamamra conserve ses deux missions actuelles à l’international, auprès de l’ONU et de l’Union africaine. Le 22 février, il participera au Conseil consultatif de haut niveau sur la médiation internationale dont il est membre à titre personnel, selon une source proche de l’ancien ministre des Affaires étrangères.

« Il s’associera également le 27 février à Antonio Guterres et Moussa Faki Mahamat pour la séance spéciale que le Conseil de Sécurité de l’ONU a décidé de consacrer au projet tendant à faire taire les armes en Afrique dont le diplomate algérien assure la conduite en tant que Haut Représentant de l’Union Africaine », ajoute notre source.

Pour l’instant, Ramtane Lamamra ne quitte pas ses fonctions à l’international. « Il n’y a pas d’incompatibilité mais il y a la priorité nationale. On verra plus tard ce que le président décidera pour lui », poursuit notre source.

Évoqué avec insistance depuis quelques jours, un rôle de Ramtane Lamamra dans la campagne électorale du chef de l’Etat n’est pas confirmé. « Le sujet n’a pas encore été officiellement évoqué », confirme son entourage.

Né à Amizour, dans la wilaya de Bejaia, Ramtane Lamamra a débuté sa carrière diplomatique à sa sortie de l’ENA comme major de sa promotion. Depuis, il a occupé le poste d’ambassadeur dans plusieurs grandes capitales : New York, Washington, Addis-Abeba et Vienne. Il a également été élu par les chefs d’Etat africains pour deux mandats successifs comme Commissaire à la Paix et à la Sécurité. Le ministre algérien est un habitué des missions internationales dans les pays en crise ou en conflit : Mauritanie, Côte d’Ivoire, Libéria, Madagascar, Comores…


Sur le même sujet :

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close