search-form-close
Réouverture des frontières de l’Algérie : « C’est une question très compliquée »

Réouverture des frontières de l’Algérie : « C’est une question très compliquée »

Le Dr Abdelkrim Touahria, membre du comité scientifique en charge du suivi de l’épidémie de coronavirus en Algérie.

Le Dr Abdelkrim Touahria est membre du comité scientifique en charge du suivi de l’épidémie de coronavirus en Algérie. Dans cet entretien, il parle de la rentrée scolaire dont la date n’a pas été fixée, de la réouverture des frontières, de la baisse des cas de contaminations…

Le Premier ministre a déclaré, dimanche 13 septembre, que la date de la rentrée scolaire dépendait de l’avis du comité scientifique de surveillance de l’épidémie du Covid-19. La situation épidémiologique permet-elle d’envisager une reprise de l’école?

Rentrée scolaire : « La décision n’est pas du ressort du comité scientifique »  

Dr Abdelkrim Touahria : Écoutez, le risque zéro n’existe pas. Maintenant, au sein du comité, il nous a été donné d’accompagner certains secteurs dans la reprise de leurs activités, notamment en mettant en place des protocoles sanitaires. En tant que comité scientifique, cela ne va pas dire que si on a un protocole sanitaire, ça y est on peut reprendre, non. Le risque zéro n’existe pas. Après au comité, nous pouvons mettre en place des protocoles sanitaires à tous les secteurs d’activité. Et les accompagner. Mais il reste que ce ne sont que des recommandations, et la décision n’est pas du ressort du comité scientifique, que ce soit pour la reprise de l’école ou des autres activités.

Mais quelle lecture faites-vous de la déclaration du Premier ministre à propos de la date de la rentrée scolaire ?  

La lecture qu’on peut en faire c’est qu’à tout moment on peut s’attendre à une reprise de l’épidémie du coronavirus. Comme c’est le cas actuellement dans certains pays d’Europe (France) et du Maghreb où il y a une recrudescence des contaminations. Le risque existe aussi en Algérie. Et sachant que ce type de décision est très difficile à prendre, les autorités doivent s’appuyer sur l’avis et les recommandations du comité scientifique. De la même façon, le comité scientifique ne prend pas de décisions, mais il peut à la demande du secteur l’accompagner dans l’élaboration d’un protocole sanitaire. Nous n’allons pas auprès d’un secteur donné pour dire voilà comment vous allez faire pour reprendre. D’ailleurs, depuis que la situation épidémiologique commence à être stabilisée, on a reçu divers secteurs pour les accompagner dans la reprise et notamment le secteur de l’éducation afin de l’accompagner dans le déroulement des examens du BEM et Baccalauréat. Au total, il est question d’une trentaine de protocoles sanitaires englobant tous les secteurs. Il convient de préciser que chaque protocole sanitaire est spécifique à un secteur donné selon que c’est un secteur où l’on travaille à l’air libre ou confinés dans des salles et des bureaux… Si vous voulez le draft (brouillon) du protocole nous est donné par le secteur concerné et nous au comité on apporte des corrections et on valide.

Réouverture des frontières : « C’est une question très compliquée »

Pr Touahria, la question se pose aussi pour la réouverture des frontières que beaucoup de gens attendent avec impatience. Quel est votre avis sur cette question ?    

Cette question est pertinente parce qu’elle relève du ressort exclusif des hautes autorités de l’État. Il y a en effet beaucoup de paramètres qui entrent dans cette question de réouverture des frontières. Il y a la situation dans les autres pays, cela ne dépend pas uniquement de la situation épidémiologique en Algérie. À partir du moment où il y a des gens qui partent et d’autres qui rentrent, la situation peut devenir un peu moins maîtrisable. Même si vous faites des points de contrôle sanitaire aux frontières, ça reste très compliqué. Ensuite, il y a lieu de demander un test PCR dès lors que le seul diagnostic de certitude c’est la PCR. Ça n’a absolument aucun sens de demander un test sérologique.  Dès lors, quand quelqu’un arrive ou quitte le territoire national, avons-nous les capacités de faire des tests RT-PCR pour tous les voyageurs ? En outre, peut-on faire confiance à quelqu’un qui rentre dans le territoire algérien muni d’un test PCR négatif ? Franchement c’est une question très compliquée et je pense que les hautes autorités vont certainement nous demander notre avis.

À ce propos justement, les autorités ne vous ont toujours pas sollicités sur cette question ?   

Nous n’avons pas été sollicités pour le moment sur cette question. Maintenant, en tant que membres du comité scientifique nous n’avons pas la prérogative de dire aux autorités voilà vous pouvez ouvrir les frontières, nous avons le protocole. Et si un jour l’éventualité de la réouverture des frontières est mise sur la table, il est clair que le comité scientifique validera le protocole qu’il faut…

Situation épidémique : « Le risque est encore là »

Quelle est votre lecture de la situation épidémiologique en Algérie ?   

Tout d’abord il faut dire que le virus existe encore, il est là et il circule. On enregistre effectivement une courbe descendante. Les indicateurs sont au vert et nous incitent à l’optimisme dans la mesure où les structures de santé ne sont plus saturées et ne subissent pas de pression comme cela a été le cas avant. Le second indicateur concerne les malades graves en réanimation qui ne sont pas nombreux comme en avril,  juin et en juillet. De la même façon, le nombre de cas de façon générale commence à diminuer. Sachant que comparativement à une certaine période où l’on testait moins et on avait plus de cas, aujourd’hui on teste plus et on enregistre moins de cas. Rappelez-vous qu’au mois d’avril dernier on ne disposait que de 4 centres de dépistages et actuellement on en est à 30 centres entre les antennes de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), il y a les centres des dépistages des hôpitaux et même des universités. Mais le risque est encore là. Nous ne sommes pas à l’abri d’une recrudescence. Le respect des mesures barrières doit être de mise.

  • Les derniers articles