search-form-close
Son avocat parle de « mort suspecte » : Fekhar sera enterré à Alger

Son avocat parle de « mort suspecte » : Fekhar sera enterré à Alger

Kamel Eddine Fekhar, décédé mardi tôt dans la matinée, à l’hôpital Frantz-Fanon de Blida, sera inhumé au cimetière mozabite d’El Alia (Alger), a confirmé, ce mercredi, son avocat Me Salah Dabouz qui précise que la date de l’enterrement n’a pas encore été décidée.

« Il y a quelques détails à régler. Sa famille demande une autopsie. On nous a indiqué qu’il y a eu des prélèvements pour une autopsie mais j’ignore comment la procédure a été faite. Je dois donc m’assurer que certaines démarches ont été bien faites avant de procéder à son enterrement pour ne pas avoir à le déterrer après », a indiqué Me Dabouz dans une déclaration à TSA.

L’avocat affirme que feu Fekhar s’était plaint auprès de lui de sa mauvaise prise en charge médicale. « S’il n’y pas d’autopsie, nous allons l’exiger parce que la mort de Fekhar Kamel Eddine est suspecte. Personnellement, pendant trois semaines, j’ai alerté les autorités en leur disant que Kamel Eddine subissait un traitement médical inhumain dans sa cellule carcérale à l’hôpital de Ghardaïa. Lui-même m’avait dit que certains médecins ne communiquaient pas avec lui et les infirmiers ne lui administraient pas le traitement convenablement.

Aouf Hadj Brahim (codétenu de feu Fekhar) m’avait dit que des infirmiers ne leur administraient pas le traitement d’une façon régulière, ce qui constitue un crime de non-assistance à personne en danger. Je voudrais donc rassembler tous ces éléments avant de prendre la décision de l’enterrer », a encore expliqué Me Dabouz qui a pris dès ce matin la route vers Ghardaïa pour notamment voir Aouf Hadj Brahim.

| LIRE AUSSI : Entretien. L’avocat de Fekhar dénonce et accuse

« Je vais essayer d’avoir un permis de communiquer pour le voir ne serait-ce que pour lui remonter le moral parce que je sais qu’il est dans un état de choc. La dernière fois que l’ai vu, il avait décidé de suspendre sa grève de faim juste pour assister Fekhar et l’aider. Il m’avait dit qu’il n’y avait pas de service convenable et qu’il fallait que ce soit lui qui allait assurer ce service », a souligné Me Dabouz.

La mort de Fekhar Kamel Eddine a suscité grande émotion mêlée à de l’indignation. Partis politiques, citoyens, associations de défense des droits de l’Homme ont été unanimes à lui rendre hommage et demander une enquête. Des appels pour une minute de silence à sa mémoire sont lancés sur les réseaux sociaux à l’occasion des marches de ce vendredi.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close