search-form-close
Ahmed Benbitour tire la sonnette d’alarme

Ahmed Benbitour tire la sonnette d’alarme

Ahmed Benbitour, ancien chef du gouvernement, presse le pouvoir et le mouvement populaire à trouver une solution à la crise, qui frappe le pays depuis plusieurs semaines. Il tire la sonnette d’alarme.

« Il est indispensable, dans les plus brefs délais, pour le mouvement populaire de désigner ses représentants et de se doter d’un programme capable de sortir le pays de la crise. Le régime doit comprendre qu’il doit négocier avec la rue et la rue doit comprendre qu’elle doit négocier avec le pouvoir, pour changer le régime et non pas les personnes », a-t-il soutenu, dans un entretien à la Radio nationale.

Pour lui, le temps presse et la crise économique s’approche à grands pas, en soulignant qu’à partir de 2021, l’Algérie « n’aura plus de réserves de change » pour couvrir le déficit de sa balance des paiements. Il a précisé que la facture des importations est passée de « 12 milliards de dollars en 2001 à 68 milliards en 2014 ».

« Le déficit commercial a été couvert par les réserves de change. À partir de 2021, il n’y a plus de réserves de change. On n’aura pas les moyens pour importer sachant que nous importons 75% des calories que nous consommons.  Le plus grand problème est de gérer la période entre 2021 et 2024 », a mis en garde Benbitour.

Pour lui, la rue est toujours en colère en raison de la non-application des articles 7 et 8 de la Constitution. Un rappel à Gaid Salah  qui s’est engagé publiquement le 30 mars et le 2 avril en faveur de l’application des articles 102, 7 et 8 de la Constitution. « Pour le moment, on a assisté à l’application de l’article 102. Il faut activer les 7 et 8 de la Constitution », a-t-il réclamé.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close