search-form-close
Coronavirus en Algérie : chronique d’une journée peu ordinaire

Coronavirus en Algérie : chronique d’une journée peu ordinaire

C’était dans l’air depuis que la courbe des contaminations au coronavirus a entamé une hausse vertigineuse fin juin. L’Algérie s’est remise à reconfiner partiellement les localités les plus touchées par la recrudescence de l’épidémie.

Ce jeudi 9 juillet, alors que les plus hauts responsables concernés se réunissaient autour du président de la République pour décider des mesures à prendre face à la dégradation de la situation sanitaire, les annonces de reconfinement se sont multipliées.

Dans la matinée, ce sont deux communes de la wilaya d’El Tarf, à l’extrême Est du pays, qui ont fait l’objet d’une telle mesure. Les municipalités d’El Chatt et d’El Kala seront soumise à partir de ce samedi 11 juillet, pour une période de 15 jours, à un confinement à domicile partiel de 19h à 5h.

À Ouargla, autre wilaya très touchée par la recrudescence, ce sont toutes les communes qui seront confinées pour la même période à partir de ce jeudi, de 17h à 05h.

En fin d’après-midi, le ministère de l’Intérieur annonce que 10 communes sur les 28 que compte la wilaya de Tipaza feront l’objet à partir de vendredi 10 juillet, d’un confinement partiel de 13h00 à 5h00 du matin.

Ces trois wilayas rejoignent celle de Sétif, l’une des plus touchées, qui a entamé le reconfinement dès mardi en décrétant la mesure sur un vaste territoire incluant 18 communes. Le wali, en insistant sur le respect de la disposition, a usé de propos crus qui ont fait le tour des réseaux sociaux.

Au moment où le reconfinement se décidait à El Tarf, Ouargla et Tipaza, Dr Bekkat Berkani, membre de la commission scientifique du ministère de la Santé, poussait un coup de gueule et rappelait leurs responsabilités aux responsables locaux.

« L’exécution sur le terrain dépend de l’autorité locale. Le wali qui est dépositaire de l’autorité de l’État doit agir en fonction de tout ce qui a été décidé par le gouvernement. C’est clair que ce transfert de responsabilité, aujourd’hui il y a une faille quelque part que ce soit au niveau politico-administratif mais aussi au niveau sanitaire », a martelé le président de l’Ordre des médecins sur les ondes de la radio.

Dans le même temps, les médias répercutaient une triste nouvelle, divulguée la veille par un autre membre du Comité scientifique. Selon Pr Abdelkrim Soukhal, 1700 infections ont été enregistrées parmi les praticiens de la santé », tous corps confondus. « Nous sommes entrés depuis le début dans une guerre contre la pandémie sans armes, ni munitions, et c’est une guerre très complexe », a déploré Pr Soukhal sur l’ENTV.

Lyes Merabet, président du syndicat des médecins, a précisé le même jour sur TSA que 40 soignants et autres fonctionnaires de la santé sont morts du Covid-19.

L’accalmie se confirme

Le bilan quotidien de la situation épidémiologique est dévoilé ce jeudi avant 16h, contrairement aux jours et semaines précédents où il était régulièrement annoncé vers 17h.

Il en ressort la confirmation de l’accalmie constatée la veille concernant le nombre des contaminations quotidiennes : 460 cas contre 469 mercredi et 475 mardi.

Une baisse sur deux jours consécutifs est toujours un motif d’espoir, survenant de surcroît après une dizaine de journées infernales de hausse vertigineuse et continue.

Au total, 17804 Algériens ont officiellement contracté le virus depuis l’apparition du premier cas fin février et 988 en sont morts. Le seuil psychologique de 1000 décès pourrait être franchi ce vendredi, ou samedi si la courbe se poursuit sur la même régularité. 10 décès ont été enregistrés ce jeudi, soit autant que la veille.

La courbe des décès n’a pas suivi celle des contaminations ces dix derniers jours et c’est tant mieux. Tout en décortiquant ces chiffres, les observateurs et les citoyens avaient le regard braqués sur les médias officiels pour connaitre sur quoi débouchera la réunion présidée par Abdelmadjid Tebboune. Peu avant 21h00, la Présidence de la République annonce une série de mesures pour faire face à la flambée du Covid-19, prises lors de cette réunion.

Il s’agit principalement de « l’interdiction pour une semaine, à compter de ce vendredi, de la circulation routière, y compris des véhicules particuliers, de et vers les 29 wilayas suivantes : Boumerdes, Souk Ahras, Tissemsilt, Djelfa, Mascara, Oum El Bouaghi, Batna, Bouira, Relizane, Biskra, Khenchela, M’sila, Chlef, Sidi Bel Abbes, Médéa, Blida, Bordj Bou Arreridj, Tipaza, Ouargla, Béchar, Alger, Constantine, Oran, Sétif, Annaba, Bejaia, Adrar, Laghouat et El Oued ». Et de « l’interdiction, à compter de vendredi, du transport urbain public et privé durant les week-ends au niveau des 29 wilayas impactées ».

  • Les derniers articles