search-form-close
Covid-19 en Algérie : les décès et les contaminations en forte hausse parmi les soignants

Covid-19 en Algérie : les décès et les contaminations en forte hausse parmi les soignants

L’épidémie du Covid-19 continue de faire des victimes parmi les personnels soignants en Algérie. Au cours des 24 dernières heures, deux membres du corps médical sont décédés après avoir été contaminés.

Ce mercredi 8 juillet, l’épidémie a eu raison du chef de service de radiologie des urgences médico-chirurgicales du CHU de Sétif. Refaoui Mourad était âgé de 56 ans.

La veille, c’est une aide-soignante exerçant à l’EPSP de Sour El Ghozlane (Bouira), qui a succombé après avoir contracté le virus. La nouvelle a été annoncée dans la même journée sur la page Facebook de la DSP de Bouira par le directeur local de la santé qui a présenté ses condoléances à la famille de la défunte.

Ces deux décès s’ajoutent à la longue liste des professionnels de la santé, tous corps confondus, que l’épidémie a emportés depuis son apparition en Algérie.

Même le staff administratif n’est pas épargné. Selon le président du Syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP), Dr Lyes Merabet, le directeur adjoint de l’EHS mère et enfant à Touggourt a été emporté par la maladie.

Au moins 40 morts

Selon Dr Merabet, les personnels médicaux contaminés par le Covid-19 se comptent aussi par dizaines. « Nous avons défendu auprès du ministre de la Santé et même auprès des services du Premier ministère qu’il y ait un dépistage pour les professionnels de la santé, au moins dans les wilayas qui comptent des foyers de contaminations. Malheureusement, jusqu’à présent ce n’est pas encore fait », signale Dr Merabet.

« Il s’agit d’abord de rassurer ces personnels mais aussi de casser la chaîne de transmission. Un personnel contaminé ne fera que compliquer la situation sanitaire, en contaminant d’autres collègues. Cela signifie aussi que l’on peut se retrouver en manque de personnels : chaque fois qu’un praticien est atteint, il est mis en quarantaine et traité sans compter la période de convalescence », explique le président du SNPSP qui fait part d’un personnel soignant « éprouvé et à bout de force ».

« Dans la wilaya de Sétif, une opération de dépistage a été effectué. Pas moins de 300 professionnels ont été testés positifs au Covid-19. Ce n’est qu’un échantillon, je pense qu’on n’en est pas loin dans d’autres wilayas, si ce n’est pas plus », indique Dr Merabet.

« Aujourd’hui, nous sommes au moins à une quarantaine de décès parmi les professionnels de la santé tous corps confondus » à cause du Covid-19, affirme Dr Merabet. Sur ces 40 décès figurent aussi des praticiens du secteur privé, précise-t-il.

Le SNPSP plaide pour que l’épidémie Covid-19 soit reconnue comme « une maladie professionnelle qui suppose des indemnisations aux familles des défunts ».

  • Les derniers articles