search-form-close
Début de saison estivale morose : les plages sont vides à Béjaïa

Début de saison estivale morose : les plages sont vides à Béjaïa

TSA Algérie

Les plages de la côte Est de Béjaïa connaissent un début de saison estivale morose. Les plages, les hôtels, les restaurants et les magasins sont désespérément vides. Les professionnels rencontrés sur place expliquent cette baisse de la fréquentation durant ce début de saison estivale par « la période du Baccalauréat qui retarde les vacances ».

Que ce soit à Tichy, Aokas, Souk El Thenine ou à Melbou, les plages connaissent une très faible fréquentation en ce moment. La saison estivale a débuté sous de mauvais auspices.

À la plage de Lota, située entre Aokas et Souk El Thenine, aussitôt la voiture garée, le gardien de parking nous réclame 100 dinars. Contrairement à Aokas, où les ordures jonchent la plage, ici à Lota le littoral est propre.

La tente est proposée à 700 dinars pour la journée. Mais si on négocie, on peut l’avoir à 500 dinars. La plage est surtout désespérément vide. Seules quelques familles occupent des parasols et des tentes. « Oui, c’est très calme. Du coup ça m’arrange. On profite bien, c’est agréable quand il n’y a pas beaucoup de monde ! », se réjoui une jeune fille venue avec ses deux copines et deux enfants. « Je suis venue ici l’année passée durant cette même période. Contrairement à cette année, la plage était très pleine », poursuit cette jeune fille qui habite au centre-ville de Béjaïa.

Comment expliquer cette faible fréquentation des estivants sur cette station balnéaire ? « La plage est vide à cause du bac. Nous souhaitons nous rattraper à partir de la deuxième quinzaine de juillet et durant le mois d’août », explique un surveillant de baignade rencontré sur la plage Lota.

Les estivants ne se bousculent pas sur les plages et aux portes des hôtels. C’est le cas par exemple de l’hôtel Syfax, situé à Tichy. Cet établissement qui dispose d’une piscine, propose des suites à 14.000 dinars la nuitée.

Le réceptionniste confirme la morosité de la fréquentation. « Oui, c’est très morose. Beaucoup de familles sont très préoccupées, en ce moment, par l’examen du bac. Nous espérons que les choses évoluent positivement après cette période d’examen », souhaite-t-il.

Un avis partagé par un restaurateur basé non loin de cet hôtel qui donne la même explication concernant cette faiblesse de la fréquentation des estivants : « Il est tout à fait clair que le bac a eu un impact certain sur cette baisse de la fréquentation. Ici, les commerçants, les restaurateurs et les hôteliers attendent avec impatience la fin de cette période d’examens ».

Selon plusieurs chefs d’établissements, la fréquentation des hébergements touristiques (hôtels, locations d’appartements ou de maisons de vacances) est en berne. Les établissements n’échappent pas à un début d’été morose.

Même s’ils n’ont pas encore établi de statistiques, l’ensemble des hôteliers confirment qu’ils subissent un terrible manque à gagner. Les établissements touristiques espèrent un regain de fréquentation durant le mois d’août pour sauver la saison et redorer leur blason.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close