search-form-close
Dialogue avec les partis : Tebboune attend le feu vert de Bouteflika

Dialogue avec les partis : Tebboune attend le feu vert de Bouteflika

Le premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, attend le feu vert du président Abdelaziz Bouteflika pour entamer le dialogue avec les partis politiques et les syndicats sur la situation économique du pays.

« L’instruction relative à l’ouverture des canaux de dialogue et de concertation entre les composantes du tissu national est fin prête et a été transmise, il y a peu, au président de la République », a indiqué Tebboune en marge d’une visite à la Grande Mosquée d’Alger.

« Elle serait promulguée pour engager des contacts avec les parties concernées par le dialogue national dès son approbation par le président de la République », a-t-il dit, selon des propos repris par l’agence officielle.

Tebboune n’a pas expliqué pourquoi le recours à une instruction, ni la manière dont aura lieu ce dialogue. Mais visiblement, il s’agirait de la tenue d’une grande conférence nationale.

« Le gouvernement contactera les différentes parties représentées en l’occurrence les partis représentés à l’Assemblée populaire nationale (APN), au Conseil de la Nation et le mouvement associatif (…) toutes les parties seront présentes pour émettre leurs avis à la faveur d’une conférence ouverte qui sera une occasion pour exprimer les différents avis », a-t-il dit.

« La dite conférence sera couronnée d’un rapport final sur la base duquel le débat aura lieu avec les spécialistes », a-t-il encore détaillé.

Lors de la présentation de son Plan d’action devant le Parlement, Abdelmadjid Tebboune a déclaré que le gouvernement allait « s’atteler à l’ouverture de canaux du dialogue et de concertation avec toutes les composantes du tissu national, qu’elles soient politiques, syndicales, académiques ou associatives pour expliquer la démarche de l’Exécutif, obtenir la confiance et l’adhésion de toutes les catégories du peuple ».

« Le gouvernement s’éloignera des polémiques stériles pour focaliser son effort collectif sur la réalisation de sa mission en faisant prévaloir la stabilité du pays et la cohésion sociale au-dessus de toute autre considération », avait-il ajouté.

Le FFS a estimé ce samedi que « participer » au dialogue qu’entend organiser le premier ministre Abdelmadjid Tebboune reviendrait à « cautionner ce régime » et à lui « servir de faire-valoir ».

Le RCD, a de son coté, posé ses conditions pour participer à ce dialogue et le MSP s’est dit favorable et le PT s’est montré méfiant.

| LIRE AUSSI : Offre de dialogue de Tebboune : le PT méfiant, le FFS sceptique et le MSP favorable

  • Les derniers articles

close