search-form-close
L’Algérie se réveille sans Bouteflika, mais avec beaucoup d’incertitudes

L’Algérie se réveille sans Bouteflika, mais avec beaucoup d’incertitudes

22h47. Fin de ce direct.

22h17. Via le live tweet de Dilem :

22h00. Les cinq réflexions qu’inspire la mise au point du président Zeroual au sujet de sa rencontre avec le général Mediène (Lire)

21h49. RND : Seddik Chihab lance des piques à Ahmed Ouyahia (Lire)

21h45. VIDÉO. Les divagations d’une militante RND sur le mouvement populaire.

21h32. Abdelouahab Fersaoui, président de RAJ : « La démission de Bouteflika est sans aucun doute une première victoire du peuple, arrachée par la mobilisation des Algériennes et des Algériens qui, depuis le 22 février, sont sortis par millions pour revendiquer le changement du système autoritaire et machiavélique ».

21h16. Mustapha Bouchachi charge Bensalah et Bedoui, appelle à manifester vendredi (Lire)

21h01. Réunion du bureau de wilaya d’Alger du RND sous la présidence de Seddik Chihab : « Ouyahia dégage », ont scandé les participants.


20h28. Via le live tweet de Dilem :

20h27. Me Mustapha Bouchachi réagit à la démission de Bouteflika, en la qualifiant de « demie-victoire »

20h24. Via le live tweet de Dilem :

20h23. Ali Benflis : « Je n’ai jamais qualifié Bouteflika de fakhama »

19h56. Dans une vidéo, un homme appelle à attaquer les femmes manifestantes à l’acide (Lire)

19h40. Bouteflika aux Algériens : « Je vous fais mes adieux… » (Lire)

19h03. DOCUMENT – Le dernier message de Bouteflika aux Algériens (Lire)

17h36. Le secrétaire général de l’ONU espère « une transition pacifique et démocratique » en Algérie (Lire)

17h20. Anep, agrément de partis politiques : le gouvernement annonce de nouvelles décisions (Lire)

17h10. Pourquoi les trois « B » doivent aussi partir (Lire)

16h57. L’Observatoire international des médias et des droits de l’Homme dénonce l’arrestation arbitraire de trois salariés de Dzair News.

16h57. Démission de Bouteflika : les réactions (Lire)

16h53. Abdelouahab Fersaoui, président de RAJ : « On ne veut pas une transition gérée par ces personnes, symboles du système, de l’échec et de la fraude. Soyons nombreux et nombreuses ce vendredi pour dire non à l’alternance dans le système ».

16h19. Bouteflika dans une lettre aux Algériens, présente ses excuses aux Algériens et affirme avoir été « sincère »

16h17. « Le FFS condamne l’arrestation de militants à Ghardaïa. Le FFS a appris avec consternation l’arrestation arbitraire et l’intimidation le 01 Avril 2019 des militants et activistes des droits de l’homme et de syndicalistes dans la Wilaya de Ghardaïa » (communiqué)

16h16. Bouteflika souligne que c’est son « dernier message ».

16h15. Bouteflika demande « pardon » aux Algériens.

16h14. ALERTE – Bouteflika adresse une lettre aux Algériens

16h13. Arrestation de trois salariés du groupe de médias d’Ali Haddad (Lire)

15h38. Vacance de la présidence de la république : le texte intégral du communiqué du Conseil Constitutionnel (Lire)

15h28. Le FFS considère que l’institution militaire nationale a le devoir moral et historique de garantir et de protéger l’inéluctable transition démocratique en Algérie sans aucune interférence politique (communiqué)

15h26. Démission de Bouteflika : Ali Ghediri salue la position de l’ANP, appelle au respect de la Constitution (Lire)

14h57. Vacance du poste de président de la République : ce que prévoit la Constitution (Lire)

14h55. Le MPA d’Amara Benyounes « prend acte » de la décision de Bouteflika et « salue le travail accompli par le président de la République au cours de ces 20 dernières années ». Le MPA rend également hommage à « l’institution militaire pour sa position patriotique ». Il appelle à une « transition apaisée » qui « débouche sur une élection présidentielle transparente » (communiqué).

14h38. Réaction du PT : « Si la démission du président de la république satisfait en partie les aspirations de la majorité, elle ne saurait à elle seule constituer l’issue positive conforme à la volonté de la majorité qui veut exercer sa pleine souveraineté sans tuteurs, ni représentants de fait quels que soient leurs qualités ou postes de responsabilité. Et tout responsable qui a participé activement à la répression des libertés démocratiques, doit partir. C’est la condition pour une véritable refondation politique, institutionnelle nationale consacrant la souveraineté du peuple » (communiqué).

14h35. Réaction du RCD : « L’abdication annoncée du chef de l’État, Abdelaziz Bouteflika est la première grande victoire de la mobilisation populaire ». Le parti ajoute dans un communiqué : « Les soutiens au cinquième mandat de tout le personnel politique du pouvoir, de ses relais et du chef de l’État-major, en violation de ses devoirs de réserve, même après le 22 février 2019, ont indigné la population. C’est la mobilisation populaire et pacifique qui a fait capoter les feuilles de route successives agréées pourtant par le système dans tous ses démembrements ».

14h23. ALERTE – Le Conseil constitutionnel confirme la vacance du poste de président (officiel) (Lire)

14h02. Un collectif rejette « une transition clanique », appelle à des marches massives vendredi (Lire)

13h46. Fatiha Benabbou détaille la procédure légale nécessaire pour la démission d’Abdelkader Bensalah (Lire)

13h38. Le FLN exprime son « respect » pour le président Bouteflika qui « a réagi à la situation selon les exigences de la continuité de l’Etat et des institutions ». Le parti salue également « ses efforts et ses sacrifices pour la nation pour le renforcement de l’unité nationale, la réconciliation, le développement et l’indépendance nationale » (Communiqué).

13h35. Seddik Chiheb accuse Said Bouteflika d’avoir cherché la confrontation avec l’armée (Lire)

13h35. Un collectif d’associations s’opposent à « une transition politique dans le système ». « La marche vers la deuxième république est irréversible. nous appelons à maintenir la pression par la mobilisation pacifique et à sortir massivement pour les manifestations de ce vendredi 5 avril 2019 partout en Algérie et réaffirmer la volonté populaire pour le changement démocratique » (communiqué).

12h34. Après la chute de Bouteflika : gare au faux départ ! (Lire)

12h25. Démission de Bouteflika : Le Mouvement de redressement remercie l’armée et appelle à poursuivre en justice les personnes impliquées dans la corruption et à la poursuite du mouvement populaire

12h13. Démission de Bouteflika : Benflis réclame le départ des 3B (Lire)

12h12. Démission de Bouteflika : le Conseil constitutionnel se réunit (Lire)

12H08. VIDÉO. Karim Tabbou s’adresse aux manifestants devant la Grande Poste. Il demande le départ du régime, au lendemain de la démission de Bouteflika.

12H05. VIDÉO. Nouvelle manifestation à Alger au lendemain de la démission de Bouteflika

11h39. VIDÉO. Entretien avec Fatiha Benabbou, juriste spécialiste en droit constitutionnel (Réécouter)

11h23. Le retournement de l’armée « ne trompe personne dans l’immédiat », estime Le Monde (Lire)

11H15. Rassemblement devant la Grande poste à Alger : « système dégage »

DR.


 

10H55. Les transactions en forte baisse sur le marché parallèle de la devise au lendemain de l’annonce de la démission de Bouteflika. « Le marché est bloqué. Les gros acheteurs sont absents », explique un cambiste à TSA.

10h42. Moscou réagit à la démission de Bouteflika (Lire)

10H40. Démission de Bouteflika : le RND se dit « satisfait » et rappelle le rôle de l’armée qui a participé à « la solution à la crise » (Communiqué)

10H35. Chihab Seddik : « l’entourage du président était prêt à tout, y compris plonger le pays dans une crise profonde » (TSA Direct)

10h20. TSA Direct reçoit Seddik Chiheb, porte-parole du RND (Réécouter)

09h53. Haddad placé sous mandat de dépôt, son avocat dénonce un « dossier accablant d’injustices » (Lire)

09h30. La démission de Bouteflika vue par Dilem

09h21. La démission de Bouteflika vue par la presse étrangère (Lire)

09h18. La promesse de l’armée (Lire)

08h58. La démission de Bouteflika vue par la presse nationale (Lire)

07h13. Bouteflika est parti, l’Algérie entre dans une phase inédite (Lire)

L’Algérie a vécu un moment historique, hier mardi 2 avril : après 20 ans à la tête du pays, Abdelaziz Bouteflika a démissionné. Ce mercredi matin, il n’est plus président de la République. Ses frères n’ont plus aucun pouvoir et leurs proches sont désormais appelés à rendre des comptes au peuple.

Ce départ est d’abord le résultat d’une mobilisation populaire exceptionnelle. Pour la première fois depuis l’indépendance, les Algériens ont réussi, par leur mobilisation, à provoquer un changement à la tête de l’État. Et quel changement : faire partir un président décidé à rester au pouvoir par tous les moyens.

Jusqu’à lundi 1er avril, Bouteflika et son entourage semblaient déterminés à rester, même au risque de provoquer des troubles au sein de l’armée nationale. Le communiqué attribué à la présidence et annonçant des changements importants avant le 28 avril a été considéré comme une « déclaration de guerre » par l’état-major de l’armée qui a décidé hier de passer à l’offensive pour obtenir un départ « immédiat » du président.

Si les Algériens ont de bonnes raisons de fêter cette victoire sur un régime autoritaire, ils ont également de sérieux motifs d’inquiétudes pour l’avenir. Depuis l’indépendance, les transitions gérées sous l’égide de l’armée n’ont pas été de grandes réussites. La dernière, qui a commencé en 1992, a engendré le système actuel.

Hier, l’armée a certes aidé à faire pencher le rapport de force en faveur du peuple. Son rôle a été déterminant. Mais le départ de Bouteflika est avant tout une victoire de ceux qui sont sortis dans la rue pour manifester. L’armée doit maintenant respecter la parole qu’elle a donnée aux Algériens : être à leurs côtés jusqu’à l’aboutissement de toutes leurs revendications, à savoir la mise en place d’une transition démocratique.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close