search-form-close
  • Brent: $63,72-0,50%
  • Taux de change: 1 € = 135,93 DZD (Officiel), 204,50 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Énième délai dans la livraison de la Grande Mosquée

Le ministre de l’Habitat Abdelwahid Temmar a annoncé ce samedi un nouveau délai pour la livraison de la Grande Mosquée d’Alger. « Nous suivons de près l’évolution des travaux et nous nous activons pour livrer le projet dans les délais fixés, à savoir avant la fin du quinquennat, avant 2019 », a déclaré le ministre durant une visite d’inspection du site, effectuée en compagnie du ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa.

Les travaux de construction de la Grande Mosquée d’Alger ont débuté en aout 2012 et étaient initialement supposés s’achever dans un délai de 42 mois, à savoir en octobre 2015. En février 2015, le prédécesseur de M. Temmar au ministère de l’Habitat, Abdelmadjid Tebboune, avait annoncé que la Grande mosquée d’Alger serait livrée en septembre 2016. En avril 2016, il affirmait que le projet de réalisation de la Grande mosquée d’Alger serait livré entre fin 2016 et fin du premier trimestre de l’année 2017.

En janvier 2017, M. Tebboune a annoncé que le projet serait réceptionné à la fin de l’année 2017. Il a exhorté ce samedi les responsables du chantier à tenir compte du délai de réception de la salle de prière, de l’esplanade et du minaret, prévu pour décembre 2017. Les déclarations effectuées ce samedi par le ministre de l’Habitat actuel repoussent donc une nouvelle fois l’échéance de la livraison de la Grande Mosquée d’Alger.

En parallèle, le ministre des Affaires religieuses Mohamed Aïssa a annoncé durant la visite effectuée ce samedi que le personnel religieux de la Grande Mosquée devrait bénéficier d’une formation nationale avec une expérience internationale. « Nous allons d’ailleurs solliciter un ou deux maîtres de la mosquée ‘’El Azhar’’ pour une session de formation », a indiqué le ministre, qui a par ailleurs annoncé qu’ « officiellement aucune enveloppe budgétaire (du budget de l’Etat) n’est destiné à l’achat d’un tapis de prière, ni iranien ni d’ailleurs […] Nous sommes prêt à recevoir un tapis algérien mais seulement si c’est un don », a affirmé M. Aïssa.

close
close