search-form-close

Équipe nationale : le sort s’acharne sur Madjer

Rien ne va plus pour le sélectionneur national Rabah Madjer, qui est en train de vivre ses pires moments depuis son arrivée à la tête des Verts en octobre 2017. Après avoir été déchargé de sa mission avec la sélection A’, composée de joueurs locaux, voilà que le forfait dérobé de Sofiane Feghouli et du gardien de but Rais M’bolhi pour les deux matchs amicaux face au Cap Vert, le 1er juin au stade du 5-juillet d’Alger (22h00) et devant le Portugal le 7 juin à Lisbonne (20h15), est venu lui porter un véritable coup de massue.

Alors que tout le monde a salué le rappel en équipe nationale de Sofiane Feghouli (Galatasaray/ Turquie) et de Rais M’bolhi (Al-Ittifaq/ Arabie saoudite), écartés des rangs des Verts depuis l’arrivée de Madjer en octobre 2017, voilà que les deux intéressés ont préféré tourner le dos, déclinant d’une façon diplomatique leur convocation, une manière à eux d’exprimer leur mécontentement vis-à-vis de leur mise à l’écart brutale du « Club Algérie ».

Dans un communiqué publié sur son site officiel tard dans la soirée de mercredi, la fédération algérienne de football (FAF) a expliqué qu’il s’agissait d’un forfait pour Feghouli, blessé au tendon d’Achille, alors que M’bolhi « a adressé un courrier dans lequel il a demandé à être dispensé du stage (…) le gardien de but international algérien ne se sent pas en mesure de répondre, à l’heure actuelle, aux sollicitations de la sélection nationale et souhaite donc reporter sa venue pour les prochaines échéances ».

Si M’bolhi aura été clair et précis, préférant tout simplement décliner cette convocation, se sentant certainement touché dans son amour propre, lui qui représentait dans un passé récent un véritable dernier rempart de l’EN, le cas de Feghouli constitue une véritable énigme.

Si le joueur (28 ans/45 sélections) prétend qu’il souffrait d’une blessure, la FAF aurait dû demander à l’ancien joueur du FC Valence (Liga espagnole) de se présenter au début du stage fixé au lundi 28 mai au Centre technique national de Sidi Moussa pour être consulté par le staff médical, comme il est généralement d’usage pour chaque élément blessé, avant de le dispenser éventuellement de ces deux tests de préparation. Aussi paradoxal que celui puisse paraître, Feghouli a pris part au dernier match de son équipe en championnat turque samedi dernier en déplacement face à Goztepe (victoire 1-0).

L’exemple du défenseur central Rafik Halliche (31 ans/38 sélections), qui effectue son retour après trois années d’absence est le plus édifiant. Étant blessé, l’ancien joueur du NA Hussein-Dey (Ligue 1/Algérie) sera présent au début du regroupement pour subir un contrôle médical avant que le médecin de la sélection ne tranche sur sa participation ou non.

La FAF vient peut-être de camoufler un refus de Feghouli d’honorer sa convocation face au Cap Vert et le Portugal, préférant aller au clash avec Madjer, appelé à donner plus d’explications sur ce cas.

Lundi dernier, Madjer a reçu un premier coup dur en se faisant tout simplement « limoger » de son poste de sélectionneur de l’équipe A’ des joueurs locaux. Même si la mention « d’un commun accord » a été écrite noir sur blanc pour justifier la décision de la FAF, il n’en demeure pas moins que l’ancien joueur vedette du FC Porto (Portugal) est dans de beaux draps, et voit subitement l’étau se resserrer autour de lui.

La décision, prise à l’issue d’une réunion tenue entre le président de la FAF Kheireddine Zetchi et Rabah Madjer, intervient à l’approche des compétitions officielles « afin de permettre au staff technique national de se concentrer exclusivement sur les éliminatoires de la CAN-2019 qui reprendront au mois de septembre prochain », explique la FAF.

Cette fin de fonction a remis en cause tout le travail effectué par Madjer et son staff à la tête de l’équipe nationale A’ depuis son arrivée, alors qu’il n’a cessé de parler sur la valorisation du joueur local pour lui permettre d’intégrer la sélection A.

Les jours de Madjer sont-ils comptés ?, telle est la question qui taraude l’esprit des observateurs et un large public sportif, alors qu’il vient de subir deux coups durs en l’espace de deux jours.

| LIRE AUSSI : Équipe nationale : Zetchi – Madjer, le clash ?

close