search-form-close
Le retour au travail des résidents froidement accueilli par des chefs de services hospitaliers

Le retour au travail des résidents froidement accueilli par des chefs de services hospitaliers

Les résidents en sciences médicales ont repris le travail au sein de leurs services hospitaliers ce dimanche 24 juin, gelant ainsi une grève qui a duré près de 8 mois.

Ce geste, voulu par le Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra) comme un signe de bonne volonté envoyé aux deux ministères de tutelle des résidents, à savoir celui de la Santé et celui de l’Enseignement supérieur, a été froidement accueilli par de nombreux professeurs et chefs de services hospitaliers de plusieurs villes, selon des témoignages recueillis par TSA auprès de résidents du Centre et de l’Ouest du pays.

Dans de nombreux services des centres hospitalo-universitaires, notamment dans ceux d’Oran, Tlemcen, Sidi Bel Abbès et Alger, des chefs de services ont refusé le retour des résidents à leurs postes, selon des délégués du Camra.

« Dans les CHU d’Alger, les résidents de plusieurs services n’ont pas pu reprendre le service ce dimanche car leurs chefs de service ne les ont pas reçus », selon une résidente.

Toutefois, cet accueil froid des résidents et leur empêchement par leurs chefs de reprendre leurs postes n’est pas la règle. Dans de nombreux autres hôpitaux, les résidents ont pu reprendre le travail normalement dès cette matinée de dimanche, c’est le cas notamment du CHU de Bab El Oued à Alger où « les résidents de la plupart des services ont repris le travail », selon le Dr Hamza Boutaleb, porte-parole du Camra.

Le ministère de la Santé qui continue à garder le silence n’a toujours pas pris contact avec le Camra, selon le Dr Boutaleb.

Le silence du ministère de la Santé peut être expliqué par sa volonté de vérifier la réalité du gel de la grève par les résidents. Selon des informations que nous avons recueillies, des courriers ont été envoyés par les directions de la Santé et de la Population aux centres hospitalo-universitaires et autres établissements de santé employant des résidents afin de vérifier le nombre de résidents ayant effectivement réintégré leurs postes.

Cette vérification de la reprise du travail par les résidents est probablement un préalable à l’invitation de ceux-ci à de nouvelles négociations dont la tenue a été conditionnée par le ministre de la Santé par un gel de la grève et une reprise totale de l’activité hospitalière et pédagogique des résidents.

close