search-form-close
  • Brent: $51,66+0,25%
  • Taux de change: 1 € = 117,16 DZD (Officiel), 189 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Liberté : les syndicalistes gèlent la grève, dénoncent El Watan

Le syndicat des travailleurs du quotidien Liberté a décidé de suspendre, ce mercredi 19 avril, la grève illimitée déclenchée suite au « licenciement abusif » de cinq de ses membres par la direction du journal.

| LIRE AUSSI : Grève générale au quotidien Liberté après le licenciement de cinq syndicalistes

« Nous avons décidé de geler la grève aujourd’hui jusqu’à demain jeudi quand la justice se prononcera sur la question. Par la suite, s’il y a réintégration, on annulera la grève définitivement avant de passer aux négociations sur le contenu des revendications. S’il n’y a pas de réintégration, on reprendra la grève vendredi », explique Omar Bourbaba, secrétaire général de la section syndicale.

Pour faire paraître le quotidien malgré la grève des travailleurs du service technique, la direction du journal aurait recouru à El Watan. « C’est une première et c’est quelque chose de très grave, quelque chose de scandaleux pour la direction de Liberté et celle d’El Watan », commente le syndicaliste.

Pour lui, les deux directions ont tenté de « casser la grève des travailleurs ». « Hier, ils l’ont fait (le journal) dans les locaux d’El Watan mais la grève s’est poursuivie. Nous dénonçons l’attitude d’El Watan qui se dit un journal qui défend la démocratie sur papier. En réalité, on voit comment ils sont en train de remettre en cause des fondamentaux comme le droit et le recours à la grève », lâche Omar Bourbaba.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis

  • À la une

    92EXCLUSIF. Les chantiers de logements à l'arrêt : l'Algérie incapable de payer les entreprises étrangères
    Il y a 6 heures

    La crise économique qui frappe l'Algérie paralyse le secteur du bâtiment. Selon…

    La crise économique qui frappe l'Algérie paralyse le secteur du bâtiment. Selon nos informations, les chantiers de construction de tous types de logements (LPP, social, AADL, rural) sont à l’arrêt depuis plus de quatre mois, faute de financements.
    Faute d’argent, les banques refusent de payer les entreprises de réalisation, selon nos sources. « Il y a 1300 milliards de dinars de créances impayées, réclamées par les entreprises de réalisation. Le CPA et la CNEP refusent de débloquer…

  • Actualité - Politique

  • Économie