search-form-close
Lutte contre le coronavirus : Dr Bekkat Berkani lance un appel aux Algériens

Lutte contre le coronavirus : Dr Bekkat Berkani lance un appel aux Algériens

Le Dr Mohamed Bekkat Berkani explique la démarche à suivre pour fixer la date de la rentrée scolaire en Algérie, et lance un appel aux Algériens pour « domestiquer » le coronavirus.

Initialement prévue le 4 octobre, la date de la rentrée scolaire a été reportée sine die, en raison des incertitudes liées à l’évolution de la situation épidémique liée à la pandémie de Covid-19.

Hier dimanche 13 septembre à l’occasion du coup d’envoi des épreuves du BAC 2020, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a déclaré à Annaba que la date de la rentrée scolaire dépendait de l’avis du comité scientifique Covid-19, qui n’a pas encore été saisi sur la question.

Rentrée scolaire : le comité scientifique pas encore saisi

« Nous n’avons pas encore été saisis par rapport à la date de la rentrée scolaire » affirme Dr Mohamed Bekkat Berkani membre dudit comité et président du Conseil de l’ordre des médecins, dans une déclaration à TSA.

Pour Dr Bekkat Berkani, fixer la date de la rentrée suppose d’abord la stabilisation et la consolidation de la situation épidémiologique liée à la pandémie de coronavirus.

« Au comité, nous sommes avec l’idée de l’amélioration constante et de la consolidation de la tendance baissière des contaminations qui augure de la reprise progressive de toutes les activités y compris la rentrée scolaire », estime notre interlocuteur avant de souligner que la décision finale ne relève pas des prérogatives du comité scientifique.

« Il faut comprendre que la décision que ce soit pour la réouverture des frontières ou pour la rentrée scolaire revient aux autorités, cela en fonction de ce que dira le comité scientifique. Au comité, on ne peut pas décréter la date de la rentrée scolaire. C’est une décision du gouvernement tout comme la réouverture des mosquées. Les protocoles ont été faits mais la question est de savoir s’ils sont applicables », dit-il.

« Je pense qu’il faudrait consolider les chiffres avant de fixer une date pour la reprise », soutient le président du Conseil de l’ordre des médecins.

« Le problème, c’est qu’on fasse la rentrée scolaire et qu’on soit amené à fermer à nouveau, ça va être encore plus difficile à accepter. La condition à prendre en compte est que la situation épidémiologique soit stable », recommande-t-il.

L’erreur à ne pas commettre, selon Dr Bekkat Berkani

Dr Bekkat Berkani lance un appel aux Algériens. « Il est clair que nous n’arriverons jamais à zéro (cas Covid). Il faudra apprendre à « domestiquer » le virus et à l’ « apprivoiser » », explique-t-il.

Et d’ajouter : « Il ne faudrait surtout pas que les Algériens croient que c’en est fini avec la pandémie de coronavirus, d’où d’ailleurs les comportements qu’on a observés ces derniers jours avec de plus en plus de gens qui ont tendance à abandonner les gestes barrières en particulier le port du masque. Ces gens font une lecture un peu trop optimiste de la situation ». « C’est le piège dans lequel sont tombés des pays européens et pas mal de pays maghrébins », prévient Dr Bekkat Berkani.

| LIRE AUSSI : Rentrée scolaire en Algérie : les syndicats de l’Éducation sceptiques

  • Les derniers articles