search-form-close
Sénatoriales : Tayeb Louh répond à Ouyahia

Sénatoriales : Tayeb Louh répond à Ouyahia

La lutte contre l’achat de consciences aux élections “sera menée sans relâche” par les autorités compétentes et plus particulièrement l’autorité judiciaire, a déclaré ce mercredi 6 février le ministre de la Justice, Tayeb Louh.

“La moralisation de la vie publique et la lutte contre le phénomène d’achat de consciences aux élections, y compris celles du conseil de la Nation, sera menée, sans relâche, par toutes les instances compétentes, et plus particulièrement l’autorité judiciaire”, a ainsi répondu M. Louh aux préoccupations des membres de l’APN sur le projet de loi modifiant et complétant la loi 06-01 relatif à la prévention et à la lutte contre la corruption, rapporte l’agence officielle.

“Nul ne peut entraver le processus de lutte contre l’achat de consciences, aussi bien au sein du conseil de la Nation que dans toute autre élection”, a-t-il estimé, rappelant que la lutte contre la corruption, amorcée depuis des années, “était plus intense lors des précédentes élections du conseil de la Nation”, qui se sont déroulées “dans le respect de la loi et en toute transparence”.

وزير العدل يعترف بإعتداء مسؤولين و أبناء المسؤولين على أملاك الدولة..

وزير العدل يعترف بإعتداء مسؤولين و أبناء المسؤولين على أملاك الدولة..

Publiée par ‎Dzair news – دزاير نيوز‎ sur Mercredi 6 février 2019

“Nul ne peut, par une déclaration ou une critique, entraver ces procédures (inscrites dans le cadre de la lutte contre la corruption)”, a-t-il assuré, ajoutant que “la volonté politique sera appliquée avec force par la voie de la justice, jusqu’à ce que le phénomène de l’achat de consciences disparaisse totalement”.

Le ministre s’est dit convaincu de la concrétisation de cet objectif, conformément à “la volonté du président de la République, exprimée à maintes reprises et celle qui anime le peuple algérien au quotidien”, des volontés qui, pour le ministre, sont “inébranlables”.

Sans le citer, le ministre de la Justice vise sans doute le premier ministre, qui a exprimé des critiques sur le déroulement des sénatoriales.

Le 31 janvier, Ahmed Ouyahia, qui s’exprimait en tant que chef du RND a déclaré : « Le RND est sorti de cette bataille avec un sentiment amer. Ce sentiment n’est pas dû aux résultats obtenus par le RND, mais à cause des dépassements flagrants enregistrés dans certaines wilayas. Ce sentiment est aussi dû au recours à la violence vile qu’on a vue dans d’autres wilayas. En votre nom et en mon nom personnel, je dénonce avec force ces dépassements et ces dérapages qui ne servent ni la démocratie ni l’État de droit », a déploré Ouyahia, qui a par ailleurs salué « le courage, la discipline et l’engagement » des cadres et des élus locaux du parti « devant ce défi ».

Les sénatoriales se sont déroulées dans un climat de tension entre le FLN et le RND. Le conseil constitutionnel avait d’ailleurs décidé d’invalider les résultats du scrutin à Tlemcen, qui ont été remportés par le candidat du RND, en raison de l’absence de deux procès-verbaux sur trois bureaux. Après la tenue d’un deuxième scrutin, le FLN a réussi à battre le RND.

Ce n’est pas la première fois que Tayeb s’en prend à Ahmed Ouyahia. Le 5 novembre dernier, le ministre de la Justice s’était attaqué violemment à son premier ministre, lors d’une rencontre avec la société civile à Oran. Le lendemain, le RND avait riposté et défendu son secrétaire général. Mais les deux hommes ne semblent pas avoir fait la paix depuis cette passe d’armes.

| LIRE AUSSI : VIDÉO. Tayeb Louh : « Une personnalité connue sur la scène nationale paye moins d’impôts qu’un fonctionnaire »

close