search-form-close

Une « campagne féroce » est menée contre Issad Rebrab et Cevital par « certains lobbys »

Le procès en appel de l’affaire Mourad Bouzidi, président du Comité de soutien aux travailleurs de Cevital et aux investissements économiques, accusé par Djelloul Achour, directeur général du port de Bejaia de diffamation, s’est déroulé ce dimanche 10 juin au tribunal de Bejaia.

Lors du premier procès, M. Bouzidi a été condamné à trois mois de prison avec sursis et à 20.000 dinars d’amende. Une condamnation qui n’est pas « celle d’une personne », a affirmé Mourad Bouzidi pour qui cette condamnation était plutôt celle de « l’investissement économique dans la région ».

« Mes avocats ont encore une fois démontré qu’il n’y a pas eu de diffamation et que nous n’avons fait qu’exprimer une opinion par rapport au blocage. Nous avons expliqué au juge qu’il y a un contexte dans lequel nous avons tenu un certain nombre de propos », a déclaré à TSA M. Bouzidi selon qui le verdict est attendu pour le 24 juin.

Les propos qualifiés de diffamatoires par le DG du port de Bejaia sont, selon M. Bouzidi, ceux où le plaignant a été accusé de « se substituer au président et d’agir comme le président ».

« Nous avons expliqué que c’est une expression populaire qu’on utilise pour parler de quelqu’un qui dépasse ses prérogatives. On dit qu’il se comporte comme le président, ce qui n’a rien de diffamatoire de réducteur ou d’insultant », a indiqué M. Bouzidi qui ne se déjuge pas et persiste à accuser le PDG du port de dépasser ses prérogatives.

« Ses récentes déclarations concernant, par exemple, le terrain acheté par Cevital confirment encore une fois que ce directeur dépasse complètement ses prérogatives, il sort même du port pour aller s’occuper du terrain acheté légalement par Cevital », a affirmé Mourad Bouzidi pour qui ses faits signifient « qu’il y a pire qu’un simple dépassement de prérogatives et qu’il y a acharnement ».

« Campagne féroce » contre Issad Rebrab

Mourad Bouzidi qui a affirmé qu’une « campagne féroce » est menée contre Issad Rebrab et Cevital par « certains lobbys et certains milieux qui veulent semer la confusion », a insisté sur la nature apolitique de son comité.

« Nous sommes un comité de soutien aux travailleurs de Cevital et de l’investissement et non un comité de soutien à un candidat aux présidentielles, il faut que ça soit clair pour tout le monde, il est hors de question qu’on rentre dans un tel glissement », a-t-il affirmé.

Pour le président du Comité de soutien à Cevital, la situation peut évoluer prochainement car, selon lui, « depuis la marche du 14 mai, il y a des choses qui bougent ».

« Le directeur du port qui était muet depuis longtemps, s’est exprimé à deux reprises depuis la marche, la Direction de l’Industrie et des Mines qui, pendant toute la période de blocage ne s’est jamais manifestée, est partie voir Cevital et a demandé le dossier de l’usine de trituration, le ministre de l’Industrie a laissé entendre qu’il y a des gens qui traitent le dossier », a détaillé Mourad Bouzidi.

Ces éléments sont pour M. Bouzidi autant d’indices qui permettent d’espérer un prochain déblocage de la situation qui est pour lui « une évidence ».

close