search-form-close
Utilisés par la police à Alger, les canons à son, des armes « potentiellement mortelles »

Utilisés par la police à Alger, les canons à son, des armes « potentiellement mortelles »

Said Salhi, vice-président de la Ligue des droits de l’Homme (LADDH), a dénoncé, hier soir, l’usage par la police de canons à son contre les manifestants. Un de ces camions a été déployé ce matin à Alger, près du Palais du peuple, a-t-on constaté. Ils ont été utilisés mardi près de la Grand Poste pour réprimer les étudiants, comme on peut le voir sur cette vidéo tournée à Alger-centre.

« Grave et à dénoncer massivement. Des camions NIMR ISV avec dispositif de canon à son fabriqués en Algérie ont fait leur apparition cette semaine à Alger pour disperser les manifestants pacifiques, alors qu’ailleurs dans le monde notamment aux USA, ils sont interdits pour leur impact nocif sur la santé des citoyen-ne-s, causant des pertes d’audition et autres graves dommages allant jusqu’à la mort », écrit-il.

Effectivement, en juin dernier, la justice américaine avait considéré l’utilisation de ces engins comme « anticonstitutionnelle » qui représente un « abus de force ». « Le problème posé par des protestataires sur la voie publique ne justifiait pas l’utilisation de la force, a fortiori une force capable de causer une blessure grave, telle qu’une perte auditive », avait affirmé la cour de New York dans son arrêt. « La police de New York doit revoir ses pratiques et procédures concernant l’utilisation du LRAD, en tenant compte du fait qu’ils peuvent potentiellement être mortels », avait commenté un avocat lors de la même affaire.

Nommé en anglais Long Range Acoustic Device (LRAD), ces dispositifs, issus du monde miliaire, émettent des sons stridents dans une direction précise, d’un niveau tellement élevé qu’ils se révèlent extrêmement désagréables et peuvent servir à disperser une foule, rappelle la revue Science et Avenir.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close