search-form-close
Comment l’armée israélienne intimide les journalistes français (Vidéo)

Comment l’armée israélienne intimide les journalistes français (Vidéo)

Après Mohamed Kaci de TV5Monde, le porte-parole de l’armée israélienne Olivier Rafowicz s’est à nouveau illustré avec un comportement agressif contre un journaliste de Franceinfo.

Pour faire taire les médias français sur ce qui se passe à Gaza, l’armée israélienne utilise l’intimidation et les pressions sur les journalistes qui osent poser des questions qu’elle juge gênantes.

Dernière illustration en date, le comportement agressif d’Olivier Rafowicz à l’encontre de Julien Pain, journaliste à Franceinfo.

« J’ai eu un échange assez tendu avec le porte-parole de l’armée israélienne sur la façon dont les médias traitent le conflit », a écrit le journaliste sur la plateforme X. Tendu, c’est un euphémisme pour décrire ce qu’il s’est passé lors de cet entretien.

Julien Pain a subi un coup de pression énorme de la part du récidiviste Olivier Rafowicz à cause d’une question sur les tunnels qu’auraient trouvé l’armée israélienne sous l’hôpital Al Shifa à Gaza.

Pour justifier le bombardement intensif de cet établissement hospitalier, Israël a dit qu’il était utilisé par le Hamas comme centre de commandement.

Mais une fois conquis par ses soldats après un bain de sang parmi les malades, les blessés et le personnel médical, Israël n’a pas présenté de preuves sur l’utilisation de l’hôpital comme base arrière du Hamas. Faute de preuves, l’armée israélienne veut imposer sa version par l’intimidation.

Après Mohamed Kaci, un porte-parole de l’armée israélienne s’en prend à un autre journaliste français

« On a vu ces tunnels, mais ils ne ressortent pas dans l’hôpital et ne ressemblent pas à un centre de commandement. Est-ce que vous êtes toujours persuadé que ces tunnels étaient un centre de commandement ? », a interrogé Julien Pain. En face, Olivier Rafowicz a sorti l’arme lourde de l’intimidation, comme il l’a fait avec Mohamed Kaci de TV5Monde il y a quelques jours.

« On n’est pas persuadé, on le sait (…) », a-t-il répond d’abord, avant de lancer à l’encontre du journaliste de Franceinfo, sans prendre de gangs : « Votre question nous dérange parce que c’est inadmissible qu’une démocratie comme la vôtre pose une autre question à une autre démocratie (…) Cette remise en question est extrêmement étrange voire nauséabonde ».

Cet échange montre comment l’armée israélienne intimide les rares journalistes occidentaux qui osent poser des questions, même quand ils prennent la précaution obligatoire de dire que le Hamas est un mouvement terroriste et qu’Israël a le droit de se défendre.

Israël veut des médias soumis qui répercute sa propagande sur ce qui se passe à Gaza alors que nombreuses ONG et l’ONU parlent de prémices de génocide dans l’enclave palestinienne.

Le journaliste d’origine algérienne Mohamed Kaci de TV5Monde en a déjà fait les frais. Désavoué par sa direction, il risque une lourde sanction après avoir interviewé le même porte-parole de l’armée israélienne dont les méthodes sont pourtant condamnables.

La chaîne publique met en péril le soft power de la France au Maghreb et en Afrique pour plaire à l’armée israélienne qui n’accepte pas les questions qu’elle considère comme gênantes.

Pour l’armée de Tel-Aviv, les journalistes doivent se contenter de répercuter sa propagande et de ne pas chercher à savoir sur ses méthodes à Gaza où ses soldats tuent massivement des civils sans défense.

TV5Monde est une chaîne publique française destinée au Maghreb et à l’Afrique où les opinions publiques sont majoritairement acquises à la cause palestinienne. En mars dernier, elle a annoncé qu’elle était la première chaîne francophone au Maghreb.

SUR LE MÊME SUJET

France : Salhia Brakhlia, une journaliste d’origine algérienne, victime de racisme

  • Les derniers articles

close