search-form-close
  • Brent: $52,22+1,95%
  • Taux de change: 1 € = 121,75 DZD (Officiel), 190,50 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Crise dans le BTP : plusieurs projets à l’arrêt, la grogne sociale s’installe

Le tronçon de l’autoroute Est-Ouest reliant Annaba à la frontière tunisienne, la ligne ferroviaire Béjaia-Beni Mansour, le grand stade de Sétif, l’autoroute des Hauts-Plateaux, la pénétrante autoroutière de Guelma, la 4e rocade d’Alger entre Khemis Miliana et Bordj Bou Arreridj, le métro d’Oran, plusieurs lignes de tramways…

La liste des grands projets d’infrastructures gelés à cause de la crise économique est longue. Elle ne cesse de s’allonger. La crise économique touche de plein fouet le secteur du BTP. De nombreux chantiers sont à l’arrêt, d’autres fonctionnent au ralenti. Des projets sont sérieusement menacés comme l’autoroute de Béjaïa, le centre de biométrie de Laghouat, les programmes de logements AADL et LPP, le tunnel autoroutier de Djebel Ouahch…

Grogne sociale

Résultat : des entreprises asphyxiées, incapables de verser les salaires, faute d’argent. De nombreux travailleurs sont déjà au chômage technique, d’autres ne tarderont pas à les suivre. Dans ce contexte, la grogne s’installe dans un secteur qui emploie 1,7 million de travailleurs.

Lundi, des syndicalistes ont improvisé une marche et un sit-in à la zone industrielle de Rouiba pour dénoncer la situation désastreuse des entreprises publiques, qui font face à une forte baisse de leur carnet de commande et surtout aux difficultés de recouvrir leurs créances auprès de l’État.

À Laghouat, des ouvriers des chantiers de l’hôpital et du centre de biométrie ont manifesté devant le siège de la wilaya pour réclamer le paiement de l’entreprise en charge de la réalisation des deux projets. « Les entreprises ne sont pas payées et n’arrivent pas à renouveler leurs carnets de commande à cause du gel des projets d’infrastructures. Elles sont obligées de licencier ou de mettre leurs salariés au chômage technique. Aucune entreprise n’a une trésorerie suffisante pour supporter une telle situation. C’est du suicide », s’alarme le patron d’un groupe de BTP qui a requis l’anonymat.

Tensions politiques

La crise dans le BTP, qui menace directement la stabilité sociale, a fait voler en éclats ce qui reste de la solidarité gouvernementale, dans un contexte politique marqué par les tractations pour la formation du nouvel Exécutif.

Mardi, le ministre de l’Habitat, Abdelmadjid Tebboune, a accusé, dans un communiqué, son collègue des Finances d’être à l’origine du retard de paiement des entreprises de BTP. Une première de la part d’un ministre. D’habitude, les ministres se critiquent indirectement, mais la réaction de Tebboune, dont le secteur est très affecté par la crise, illustre les fortes tensions au sein du gouvernement sur la gestion de la crise économique.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis (4)

    • fodel

      fodel

      Le pays a besoin d’une autre équipe gouvernementale pour gérer sérieusement la destinée du peuple et de procéder a une rénovation de la gestion des finances publics et de demander a ceux

    • Volubilis

      Volubilis

      Les algériens créent des richesses partout (sur tous les continents) sauf chez eux. Il y a une raison, la faiblesse du secteur privé. Quand on discute avec les algériens, il y a tout. Les capitaux sont là car le pays est riche. Il y a le talent car les algériens l’ont montré ailleurs et de quelle façon. Et il y a la jeunesse. Donc il reste à réformer et à libérer toutes ces énergies. Il y aura forcément une génération sacrifiée mais il faut penser aux suivantes. Le tout est de reconnaitre ses erreurs.

  • À la une

    31ANALYSE. Rabat cherche à décapiter la rébellion du Rif
    Il y a 3 heures

    Les autorités marocaines pouvaient compter sur une trêve au Rif au moins…

    Les autorités marocaines pouvaient compter sur une trêve au Rif au moins jusqu’à la fin juillet, date à laquelle une nouvelle grande manifestation a été annoncée. Mais, une fois de plus, leurs maladresses ou leur envie d’en finir avec la rébellion ont réussi à raviver la révolte dans cette région côtière du nord du Maroc.
    Utiliser la religion à des fins politiques
    Cette fois, c’est le ministère des Affaires islamiques qui a jeté de l’huile sur le…

  • L'Actualité en temps réel

  • International