search-form-close
Devant les députés, Ouyahia vantera les « vertus de la continuité » et présentera les résultats de la période 1999-2018

Devant les députés, Ouyahia vantera les « vertus de la continuité » et présentera les résultats de la période 1999-2018

Le Premier ministre Ahmed Ouyahia présentera, lundi 25 février, la Déclaration de politique générale du gouvernement, par laquelle il « rend compte de la mise en œuvre de son Plan d’Action » conformément à la Constitution.

TSA s’est procuré une copie de la Déclaration transmise aux députés de l’Assemblée populaire nationale (APN), dans laquelle le gouvernement présente les « nombreuses avancées dans la mise en œuvre du programme » du président de la République.

« Ces avancées soulignent les vertus de la continuité, qu’il s’agisse de la continuité dans le quinquennat actuel de Son Excellence le Président Abdelaziz Bouteflika, ou qu’il s’agisse de la continuité dans le processus de reconstruction nationale conduit par le Chef de l’Etat », affirme la Déclaration, prenant les formes d’un plaidoyer en faveur du cinquième mandat.

Symbole de la volonté de promouvoir les « vertus de la continuité » dans un contexte d’élections présidentielles imminentes, la Déclaration de politique générale du gouvernement, supposée exposer le bilan de l’action gouvernementale durant les années 2017 et 2018, est accompagnée d’annexes résumant les résultats du quinquennat 2014 à 2018 « mais aussi de la période allant de 1999 à 2018 ».

Etat de droit et libertés publiques

Se concentrant sur les avancées des 18 derniers mois, le gouvernement affirme ainsi qu’en matière d’Etat de droit et de promotion des libertés publiques, « des chantiers ont été ouverts dans le sillage de la révision constitutionnelle, pour la mise à jour de la législation relative aux réunions et manifestations publiques ainsi qu’aux partis politiques ».

La Déclaration vante aussi en ce qui concerne la lutte contre les fléaux économiques et financiers un « renforcement du contrôle fiscal et de la lutte contre la fraude fiscale » ayant permis « une amélioration des recouvrements fiscaux proche de 15% ces dernières années » ainsi qu’une « amélioration appréciable des résultats de la lutte contre la fraude fiscale », sans donner plus de détails.

La Déclaration présente également comme avancée un « renforcement de la lutte contre la fraude douanière » avec une intensification des contrôles aux frontières « contre la contrebande notamment sur les produits subventionnés. La lutte contre la fuite des capitaux s’est accrue aussi, et sera renforcée par un contrôle des valeurs réelles des produits importés pour combattre la surfacturation ».

La Déclaration de politique générale du gouvernement vante également « l’amélioration de l’environnement des affaires » : « Les pouvoirs publics sont attelés mettre en place plusieurs mesures complémentaires, toutes destinées à améliorer l’environnement de l’investissement », notamment « un travail normatif conduit par le Comité national de l’amélioration de l’environnement des affaire », « un renforcement des capacités d’intervention de l’ANDI », « un suivi plus étroit des entreprises publiques économiques » ou encore « une décentralisation de la gouvernement de l’acte d’investissement ».

« Un bilan quinquennal riche en réformes »

« L’investissement dans le pays connait une progression papable », affirme la Déclaration. « Ainsi, de janvier 2017 à septembre 2017, ce sont 8000 projets d’investissements qui ont été déclarés auprès de l’ANDI et qui sont de nature à générer plus de 200 000 emplois. La quasi-totalité de ces projets sont portés par des investisseurs nationaux », affirme le gouvernement dans sa Déclaration.

Dans un contexte plus large, la Déclaration de politique générale du gouvernement vante « un bilan quinquennal riche en réformes et en réalisations». « Les cinq dernières années ont été marquées par l’exécution quasi-totale des engagements pris par le Chef de l’Etat lorsqu’il s’est présenté devant le peuple en avril 2014 », affirme le document. Des années « riches en avancées dans la modernisation de l’Etat », mais aussi « riches en réalisations malgré une conjoncture financière difficile ».

Abordant le volet des « avancées dans la modernisation de l’Etat », la Déclaration évoque le domaine de la Justice qui durant ces cinq dernières années « a enregistré le parachèvement du déploiement d’un réseau complet de juridictions à travers toutes les wilayas » et où la « modernisation de la justice s’est également concrétisée au profit du justiciable, notamment, avec l’instauration de juridiction en matière criminelle et l’avènement de l’exception d’inconstitutionnalité ». Dans le domaine économique, la Déclaration affirme qu’une « structuration plus souple a été mise en place dans la gestion des entreprises fortement consolidées par l’Etat ». En outre, l’acte d’investir « a bénéficié de nombreux allègements et soutiens pour tous les opérateurs », affirme le document.

1,8 million de logements distribués, 29 hôpitaux réalisés…

Dans le volet des « réalisations malgré la conjoncture financière difficile », la Déclaration du gouvernement argue que « les résultats physiques de ces cinq dernières années sont tout simplement impressionnants », citant 1,8 million de logements distribués, 870 lycées et collèges livrés, 29 hôpitaux réalisés, 1,94 million de foyers raccordés à l’électricité ou encore 1,65 million de foyers raccordés au gaz naturels durant les cinq dernières années. Le gouvernement vante également la réalisation de 8 barrages, de 2 stations de dessalement, de 3900 kilomètres d’autoroutes, rocades et routes nationales et de 1100 kilomètres de réseau ferroviaire.

Prenant encore plus de recul pour « vanter la continuité », la Déclaration vante le bilan de 1999 à 2018 couvrant le règne du président du Bouteflika, une période placée sous le slogan d’une « véritable renaissance nationale fruit de la continuité ».

« L’appréciation du bilan de la période allant de 1999 à 2018, sous la conduite de M. le Président de la République, peut se faire de deux manières, à savoir celle des résultats atteints ou celle des processus que la continuité a rendu possible », affirme le document. Les réalisations citées incluent « la livraison totale » de 4 millions de logements « comparée au potentiel antérieur de 5 millions d’unités » ou encore l’évolution des indicateurs de développement humain « qui ont enregistré des sauts qualitatifs remarquables », estime la Déclaration.

« Tout processus de développement exige du temps et de la continuité, encore mieux lorsqu’il s’agit d’une reconstruction nationale à l’issue d’une tragédie multidimensionnelle », affirme la Déclaration de politique générale du gouvernement, qui cite trois exemples supposés illustrer « les fruits de la continuité sous la direction du Président Bouteflika ». Ces exemples concernent le « rétablissement de la paix et de la réconciliation nationale », « la restauration de l’indépendance financière du pays » et « la maturation du développement économique ».

«Ce faisant le facteur temps démontre son importance surtout dans un pays qui sortait de l’insécurité et de l’insolvabilité pour remonter la pente graduellement sous la direction éclairée et persévérante du Président Abdelaziz Bouteflika. A travers ces rappels sur l’évolution du pays depuis 1999, y compris le quinquennat 2014 à 2018 qui s’achève, le Gouvernement entend situer clairement son bilan de près de deux années dans une accumulation d’efforts et de résultats », affirme le document.

La Déclaration conclut son plaidoyer en affirmant que « ces rappels et ce regard sur le passé permettent aussi quelques affirmations conclusives au sujet de l’avenir ». « En premier lieu, la poursuite de la construction nationale exige une continuité dans la démarche. Les politiciens penchent souvent vers le slogan de ‘’la rupture’’. Les bâtisseurs croient plutôt dans la continuité qui évite les déperditions et parfois même les régressions », estime le gouvernement dans le document.

« En second lieu, de nombreux défis s’accumulent devant notre pays. Les uns sont d’origine interne et découlent de données financières ou de la forte poussée démographique. Les autres sont extérieurs, découlant de l’instabilité durable de notre sous-région et des incertitudes mondiales notamment au plan économique », ajoute le document

Enfin, « en troisième lieu, face aux défis de l’avenir, notre pays tout à gagner à gagner de la continuité conjuguée avec le rassemblement des énergies politiques, sociales et économiques, grâce au débat et dialogue pour forger des consensus nationaux multiples à la mesure des enjeux nationaux », conclut la Déclaration.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close