search-form-close
  • Brent: $50,56-0,47%
  • Taux de change: 1 € = 126,62 DZD (Officiel), 192.50 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Panama Papers : Ali Benouari dénonce de fausses informations, annonce un dépôt de plainte contre Le Monde

Ali Benouari, ancien ministre délégué au Trésor (1992), a été cité, ce lundi 15 mai, dans le scandale des Panama Papers. Selon l’enquête du quotidien français Le Monde, l’ex-candidat à la présidentielle de 2014 a sollicité, en janvier 2000, le cabinet panaméen Mossak Fonseca pour créer une société offshore, Beroll Group SA, aux îles Vierges britanniques. Objectif : servir « de paravent à la cession, au profit de Khalifa Bank, des actions qu’il détenait dans le capital de Société générale Algérie (SGA) », explique le journal français.

| LIRE AUSSIPanama Papers : Ali Benouari mis en cause

« Ceci est complètement faux ! La volonté de nuire est manifeste et le refus de s’informer auprès de la source est clair. D’abord, le journaliste ne m’a jamais appelé. Vous pouvez d’ores et déjà annoncer que je vais faire un procès en diffamation au journal Le Monde », affirme Ali Benouari dans une déclaration à TSA.

L’ancien ministre dit ne pas avoir le souvenir d’avoir créé cette société offshore mais assure qu’elle n’a jamais servi « de paravent » dans la cession de ses actions au sein de la SGA. « Je ne me souviens pas avoir créé cette société. Mais même si elle a été créée administrativement et qu’elle a été fermée par la suite, elle n’a pas travaillé. Elle n’a jamais été utilisée pour la SGA. C’est de l’amalgame », assure Ali Benouari.

Comment s’est faite alors la cession et via quelle société ? « J’ai créé une société défiscalisée au Luxembourg qui s’appelle Fiba-Holding. Je l’ai déclarée aux autorités du Luxembourg, au fisc suisse et à la Banque d’Algérie. C’est elle qui portait les actions de SGA », affirme-t-il.

Ali Benouari révèle d’ailleurs avoir créé une dizaine de sociétés offshore dont certaines fonctionnent toujours. « Je n’ai pas besoin des Panama Papers pour révéler ce que j’ai comme sociétés offshore. Je peux vous en donner ! J’ai une société offshore, Ecofinance, à Dubaï par exemple », lâche-t-il. Avant de poursuivre : « Contrairement à tous les malfrats, je ne suis pas résidant fiscal en Algérie. J’ai le droit de créer des sociétés onshore ou offshore ».

Pour lui, certains tentent de faire l’amalgame pour le confondre avec ceux qu’il qualifie de « pourris ». « Je vis en Suisse. Quand je crée une société offshore à Dubaï, je déclare au fisc suisse. Je ne cache rien parce que je ne vole personne. Je ne vole pas le fisc algérien. Je ne fais pas d’évasion fiscale et d’évasion de capitaux », lance-t-il.

Ali Benouari est convaincu qu’il est « l’ennemi numéro un du régime ». « Ils ont modifié la Constitution pour moi ! Vous n’avez pas compris que je suis l’ennemi juré de ce régime. Donc ils essaient de faire tout ce qu’ils ont en leur possession. J’avais décidé de renoncer à la politique. Grâce à cet article du Monde, je reviens en politique ! », annonce-t-il.

| LIRE AUSSIPanama Papers : nouvelles révélations sur le fils de l’ancien PDG de Sonatrach

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis (12)

    • solodz

      solodz

      Encore un ministre coopérant………………..il vit en Suisse et travaille en Algerie , wawwww super !!

    • elmountasir

      elmountasir

      Ce monsieur BENOUARI , ancien ministre se découvre par le Panama Papers comme ancien affairiste sur le dos des Algériens…..
      Voila, ce qu’il a déclaré il y ’a quelques jours lors de la campagne présidentielle en France ,en demandant aux algériens de voter pour le front national :’’ ” Je crois que Marine Le Pen est totalement capable de rompre ce lien malsain avec les dictateurs du sud”.
      Il est vraiment culotté , celui là !
      Alors dis moi si Ali, toi qui as pris de l’argent du Trésor Public Algérien , qui est l’être malsain dans tout ça ?

    • Genseric

      Genseric

      Je déconseille à Ali Benouari de déposer plainte contre le “Monde ” car il part perdant d’office . Ces journalistes ne sont pas des “tayabat el hammam ” comme les nôtres .

    • Supertramp

      Supertramp

      Décidément, régime ou opposition, tout le monde est atteint du syndrome de la folie des grandeurs.

    • haroun

      haroun

      “que Dieu nous préserve de la méchanceté gratuite envers nos semblables…..”
      Beaucoup confondent entre avoir une société offshore et être un criminel, c’est de l’inculture?
      Combien de franco-algériens ont voté marine Lepen, est-ce que cela fait d’eux des “crapules”? C’est quoi cette mentalité de m’frinyine?

      • Genseric

        Genseric

        L’inculte c’est toi . Le problème ce n’est pas d’avoir un compte ou une société off shore ; le délit c’est de ne pas le déclarer . Dans ce cas il y a fraude fiscale .

    • Numidiiia

      Numidiiia

      Cet homme a pris positon contre Emanuel Macron…..d’où cette diffmation volue par le monde.
      Ce je préfère cet homme politique qui était contre la mafia en Algérie qd il était au pouvoir
      ….on tout cas mieux que le sinistre Bouchareb ministre de l’industrie qui a la double nationalité ! mieux que sellal premier sinistre qui a acheté via sa fille un appartement au champs Elysées !!! …..est la liste est longue……

    • samaritain

      samaritain

      Le mec était candidat en 2009 au élections du Grand Conseil Suisse , il a eu 0.0001% de votants !!!

    • Notabene

      Notabene

      « Je ne me souviens pas avoir créé cette société…». Ce “je ne me souviens pas” veut dire beaucoup de choses. Pour nier catégoriquement, il suffit de dire “je n’ai pas créé”. Ses déclarations montrent une certaine panique chez lui, me semble t-il.

    • Supertramp

      Supertramp

      Quand on est pris au piège, on s’agite, on s’énerve puis on dit qu’on va déposer plainte mais les faits sont là, Le Monde a contacté ce monsieur pour apporter sa version mais il n’a pas voulu donner suite. Au fait, elle en est ou la plainte de Bouteflika contre le même journal ?

    • NumideDZ

      NumideDZ

      Ce ancien ministre est régulièrement invité sur les plateaux de la chaine islamiste Al Magharibia en dénonçant la corruption et a faire le procès du pouvoir algérien après qu’il a bouffé à tous les râteliers, il se croyait blanc comme neige.

  • À la une

    41Entretien avec Noureddine Boukrouh : « Où va-t-on comme çà ? »
    Il y a 12 heures

    Noureddine Boukrouh est fondateur du Parti du renouveau algérien (PRA) qu’il a…

    Noureddine Boukrouh est fondateur du Parti du renouveau algérien (PRA) qu’il a présidé jusqu’en 1992. Il a notamment été ministre du Commerce sous Bouteflika. Depuis quelques années, il ne s’exprime que très rarement sur les questions politiques. Dans cet entretien, il revient sur les derniers événements au sommet de l’État. ENTRETIEN.

    Quel regard portez-vous sur la nomination à la tête du gouvernement d'Abdelmadjid Tebboune, en remplacement d'Abdelmalek Sellal ?
    Les raisons du remplacement de M. Sellal par…

  • L'Actualité en temps réel

  • International