search-form-close
Prix de l’électricité en Algérie : moins cher que chez les voisins mais nettement plus élevé que d’autres pays de la région

Prix de l’électricité en Algérie : moins cher que chez les voisins mais nettement plus élevé que d’autres pays de la région

Le prix de l’électricité en Algérie s’établit à 5,25 centimes de dollars par kilowattheure (kwh), selon les données du dernier rapport sur les fournisseurs d’électricité dans la région Moyen-Orient Afrique du Nord (MENA) publié par la Banque Mondiale.

Le prix de l’électricité proposé par la compagnie nationale Sonelgaz place l’Algérie légèrement en dessous de la moyenne des pays de la région MENA, établie à 6,92 centimes/kwh, et loin en-deçà de la moyenne des pays hors-région MENA à 15,62 centimes de dollars par kwh.

Le coût de l’Algérie est également bien moindre par rapport à ses voisins du Maghreb. Le coût de l’électricité en Tunisie est estimé à 10,19 centimes de dollars/kwh, tandis que le Maroc propose l’électricité à 11,36 centimes/kwh.

L’Algérie propose toutefois un prix de l’électricité beaucoup plus élevé que d’autres pays de la région MENA. L’électricité en Egypte coûte par exemple 1,78 centime de dollars par kwh, tandis qu’il coûte 2,2 centimes au Qatar, 1,33 centime en Arabie saoudite ou encore un quasi-insignifiant 0,9 centime de dollars/kwh en Irak.

Les capacités électriques de l’Algérie sont évaluées à 12 949 mégawatts (MW), selon le rapport de la Banque Mondiale, soit presque le double des capacités du Maroc (6677 MW) et le triple de la Tunisie (4095 MW), mais loin derrière l’Arabie saoudite par exemple, qui dispose de 53 588 MW de capacités. La consommation d’énergie en Algérie est estimée à 5814 kwh par consommateur. Cela place le pays en termes de consommation devant la Tunisie (à 3749kwh/consommateur) et juste au-dessus du Maroc (5634 kwh/consommateur). L’Algérie reste cependant très loin derrière un pays comme l’Arabie saoudite, dont la consommateur d’électricité s’élève à 35 937 kwh/consommateur.

Par ailleurs, le déficit quasi-fiscal (QFD) de l’Algérie s’est établi à 4.7 milliards de dollars en 2013, représentant 2.3% du PIB.  A titre de comparaison, le QFD de la Tunisie s’est établi à 655 millions de dollars (1.4% du PIB) et celui du Maroc à 948 millions de dollars, soit 1% de son PIB. Le QFD de l’Arabie saoudite s’élève pour sa part à 38.5 milliards de dollars, représentant 5.2% de son PIB. L’inefficacité du travail représente 10 à 15% du QFD en Algérie, affirme par ailleurs la Banque Mondiale.

close