search-form-close
Ramadan : la caméra cachée qui scandalise les Algériens

Ramadan : la caméra cachée qui scandalise les Algériens

Pour un premier coup d’essai, ce fût un coup lamentablement raté : le programme caméra cachée, « ana wa radjli (moi et mon époux) », diffusé vendredi pour la soirée du premier jour de Ramadan sur Numidia TV n’a pas eu l’effet escompté chez les téléspectateurs.

Depuis sa diffusion, elle ne finit pas de susciter les sarcasmes et l’indignation des Algériens au vu des multiples réactions sur les réseaux sociaux.

Choqués pour certains, scandalisés pour d’autres, nombre d’internautes ont carrément appelé à la suppression du programme jugé « humiliant » en ce qu’il rabaisse la femme à un simple « objet » attentant en conséquence à la sacralité de la cellule familiale.

Pensée pour prendre à défaut la naïveté de l’invité, l’émission met en scène un homme célibataire, près de la quarantaine, auquel l’animateur pose des questions sur sa vie privée en lui demandant s’il souhaitait se marier.

Après son acquiescement, l’animateur appelle à ce qu’on lui ramène son « cadeau », une femme qui se laisse aller au jeu en mettant l’invité devant le « fait accompli ».

Quelque peu intimidé, notamment en entendant en arrière plan le son de la « zorna », la présence d’un prétendu Imam et le tuteur de la « mariée », l’invité, un peu perdu, consent à accepter avant qu’on l’informe qu’il ne s’agissait que d’une caméra cachée.

« Le programme est ignoble et déshumanisant dont le concept est celui de poser une série de questions faciles et simplistes à un homme et à lui offrir à la fin une femme comme cadeau !!! », s’indigne une internaute. « C’est humiliant et scandaleux car ce programme traite les femmes algériennes comme un vulgaire objet de récompense dans une caméra cachée !! Et je dénonce également l’humiliation et l’atteinte à la dignité de l’homme ayant été piégé dans ce premier épisode », s’offusque-t-elle, en appelant à suspendre le programme.

« J’ai été choqué en entendant l’animateur dire « ramenez le cadeau ! ». Et c’est quoi le cadeau ? Une femme. Et la femme comédienne est toute heureuse de jouer le rôle du « cadeau » », peste un autre internaute, quand un autre encore rappelle, ironiquement, qu’au « temps de la Numidie, les femmes étaient des reines et au temps de Numidia TV, elles sont des objets ! ».

Chargé de Cour à l’université et avocat, Saoudi Badis, également membre du Comité de communication du comité algérien auprès de la Commission nationale algérienne pour l’Unesco écrit sur son compte Facebook qu’il ne s’attendait pas à « ce qu’on se moque du peuple qui a été ridiculisé pendant vingt ans ».

Pour lui, ce programme qui a attenté aux valeurs de la société algérienne, n’était pas seulement « mauvais », mais « corrompu » et « médiocre » d’où son appel à l’Autorité de régulation de audiovisuel « pour l’arrêter immédiatement et poursuivre le responsable de la chaîne ».

Il estime que l’invité, « victime de moqueries et d’indignation » de la part des organisateurs de ce programme, a également le droit d’ester en justice la chaîne et le réalisateur et de demander de la compensation ou des excuses.

Si la chaîne n’a pas encore réagi, l’Autorité de régularisation l’a en revanche rappelée à l’ordre, en lui infligeant un avertissement. Mais le mal est fait. Numidia TV ne déroge pas en fait à la règle non écrite établie par certaines chaînes TV privées algériennes de chercher le buzz dès le début de chaque ramadan, avec des programmes humiliants et scandaleux.

 

  • Les derniers articles