search-form-close
  • Brent: $62,15-0,85%
  • Taux de change: 1 € = 134,84 DZD (Officiel), 204,50 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Retrait de la candidature de Leila Aïchi : la presse marocaine jubile

Le retrait de la candidature de Leila Aïchi de la liste des candidats de « La République en Marche », parti du nouveau président français, aux prochaines législatives, a été largement relayé par les médias marocains. Certains en ont même jubilé.

| LIRE AUSSIAffaire Leila Aïchi : récit d’une semaine très polémique

C’est le cas d’Altlasinfo qui évoque « une bataille pour l’exemple ». Pour le média marocain, le retrait de la candidate d’origine algérienne est le fruit « d’un élan spontané de protestation » qui « a subitement vu le jour pour dénoncer ce qui ressemble à s’y méprendre sinon à une imposture du moins à un abus de confiance ».

« Car ni François Bayrou, patron du Modem, parti dans lequel militait Leila Aïchi après un passage chez les écologistes, ni Emmanuel Macron, créateur et inspirateur du jeune mouvement ‘En Marche !’, ne sont soupçonnés d’avoir la moindre sympathie pour les thèses séparatistes du Polisario », affirme l’auteur de cette tribune.

De son côté, le 360.ma, affirme que la candidature de Leila Aïchi allait conduire le mouvement créé par le président français fraîchement élu, Emmanuel Macron, à la défaite.

| LIRE AUSSIMacron et l’Algérie : déjà un faux pas ?

« Bien qu’ayant essayé de battre en retraite et de balayer toute sa sympathie pour le Polisario dans un communiqué publié mardi 16 mai, Leila Aïchi avait peu de chance de convaincre, le Maroc comptant pour le tiers des votants dans la circonscription où elle devait se présenter », pointe ce site d’information réputé proche du palais.

Pour sa part, le Desk (partenaire éditorial de TSA) y voit un probable coup de pression orchestré par le Maroc. « Emmanuel Macron vient-il de céder au premier coup de pression venu du Maroc ? », s’interroge l’auteur de l’article avant de revenir sur le non-maintien de la candidature de Mme Aichi.

H24info, un site d’information marocain partenaire du Figaro, parle quant à lui d’une éviction. « Leila Aïchi évincée, En marche ! présente son nouveau candidat », qui estime que la candidature du Marocain M’jid El Guerrab est plus « légitime ».

Par ailleurs, il semblerait que le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves le Drian, est la prochaine personne que les médias marocains ont dans le collimateur. Ce jeudi, la version arabe du site Yabiladi a reproché à l’ancien ministre de la Défense sous François Hollande d’être un proche de l’Algérie, affirmant que Rabat voit cette désignation d’un « mauvais œil ».

close
close