search-form-close
  • Brent: $63,16+0,81%
  • Taux de change: 1 € = 134,84 DZD (Officiel), 204,50 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Suspension des importations : l’Association des producteurs de boissons dénonce une « décision hâtive »

La décision du gouvernement de suspendre l’importation de plusieurs produits alimentaires et industriels suscite la colère des producteurs de boissons et de jus de fruits. « C’est une décision hâtive qui a été prise sans concertation », dénonce ce lundi le président de l’Association des producteurs algériens de boissons (Apab), Ali Hamani.

« On ne peut pas laisser l’économie nationale entre les mains de bureaucratiques », juge-t-il. « Le ministère du Commerce nous a habitués à plus de rigueur », déplore le président de l’Apab, qui pointe les risques sur l’avenir de plusieurs producteurs. « Certaines filières risquent de s’arrêter à cause d’une décision administrative, prévient-il, les producteurs sont inquiets ».

| LIRE AUSSI : Tebboune exige une application stricte du système des licences d’importation

La décision du gouvernement de suspendre l’importation de plusieurs produits alimentaires et industriels prive en effet les producteurs de boissons de matières premières nécessaires au fonctionnement de leurs usines. Les banques commerciales refusent en effet de domicilier des importations de concentré pour jus de fruits, une matière première destinée à la fabrication de ces boissons.

« Il y a aussi l’interdiction d’importer les bouchons en plastique », ajoute M. Hamani. « Il faut préciser les positions tarifaires et ne pas être évasif », plaide-t-il. « Le ministère du Commerce aurait pu faire appel aux opérateurs », regrette encore M. Hamani, en ajoutant que la décision du gouvernement est intervenue en période de chaleur, durant laquelle la demande sur les boissons et les jus de fruits est forte.

Selon M. Hamani, les producteurs de boissons emploient 22.000 personnes. « Il y a 22.000 emplois directs et 60.000 emplois indirects dans ce secteur », précise-t-il. «Le gouvernement n’a pas bloqué uniquement la production pour le marché national, il a aussi bloqué l’exportation, parce que nous exportons des jus de fruits et des eaux minérales », remarque-t-il, en soulignant que son association a envoyé dimanche une lettre au ministère du Commerce pour « attirer son attention sur cette situation » et qu’ « il attend une réponse. » 

| LIRE AUSSI : Tebboune, premier ministre : une méthode qui montre déjà ses limites

close
close