search-form-close
Tamazight : Louisa Hanoune répond aux critiques qui visent son parti

Tamazight : Louisa Hanoune répond aux critiques qui visent son parti

Louisa Hanoune a répondu, ce mercredi 13 décembre, aux nombreuses attaques dont a fait l’objet son parti après la polémique et les manifestations suscitées par le rejet de l’amendement du PT sur la généralisation de l’enseignement du Tamazight. La secrétaire générale du PT a commencé par préciser que les élus du parti proposent le même amendement depuis quinze ans.

« Le Parti des travailleurs dépose cet amendement depuis que le Tamazight est devenu langue nationale en 2002. J’ai eu moi-même à le déposer en 2002. C’est donc pour la quinzième fois que nous le proposons pour l’effectivité de la constitutionnalisation du Tamazight comme langue nationale et officielle », a-t-elle indiqué lors d’une conférence de presse organisée au siège de son parti.

Louisa Hanoune a rappelé le combat mené par sa formation pour cette question avant de revenir sur les manifestations organisées pour dénoncer le rejet de cet amendement notamment en Kabylie. « Pourquoi y-a-t-il eu des manifestations cette fois-ci ? Surtout dans les wilayas de la Kabylie et à Batna ? En réalité, c’est la situation qui a changé dans le pays. L’Algérie de 2017 n’est pas l’Algérie (d’avant). Quand il y a une tension sociale, personne ne sait quand peut intervenir le déclic », a expliqué la secrétaire générale du PT qui précise que les « manifestations étaient pacifiques excepté à Bouira ». « Les manifestations ont commencé en Kabylie et cela est très normal puisqu’il s’agit du bastion (de ces revendications) », a-t-elle insisté.

Les militants du MAK qui ont rejoint la contestation était quelque chose de « prévisible », selon elle. « Que des aventuriers tentent de monter la vague, c’est prévisible. À Tizi Ouzou, le drapeau national était brandi avec le drapeau berbère. Il y a eu des affrontements entre des étudiants et des militants du MAK qui ont tenté d’enlever le drapeau national (…) Où est la manipulation ? Celui qui parle de manipulation méprise le peuple algérien. C’est du paternalisme », a-t-elle lâché. Pour elle, les députés de la majorité (présidentielle) qui ont rejeté l’amendement sur le Tamazight et qui « osent accuser le PT », « assumeront seuls les conséquences de ce rejet ».

« Les partis de l’opposition n’assument pas cette responsabilité de ce qui s’est passé ou de ce qui peut se passer. En janvier, les prix des produits (…) vont augmenter à cause de l’augmentation des prix du carburant. Est-ce le PT qui va assumer les conséquences de ces augmentations ou ceux qui ont voté pour cette Loi de finances anticonstitutionnelle ?», s’est interrogée Louisa Hanoune. Cette dernière a affirmé ne pas comprendre les réactions du FFS et du RCD. « Je n’ai pas compris les déclarations du FFS et du RCD. Il est certain que je ne vais pas tomber dans le piège de la diversion. Je suis surprise », a-t-elle déclaré.

La secrétaire générale du PT a estimé que les manifestants se mobilisent non seulement pour le Tamazight mais aussi et plus globalement contre la nouvelle Loi de finances. « Il est impossible que la majorité accepte de mourir la bouche ouverte. Les luttes connaissent aujourd’hui une maturation », a-t-elle assuré.

| LIRE AUSSI :   Blocage de l’amendement sur Tamazight : ce qu’il faut savoir

close