search-form-close
Xavier Driencourt : « Il n’y a pas de quotas de visas pour les Algériens »

Xavier Driencourt : « Il n’y a pas de quotas de visas pour les Algériens »

« Il n’y a pas de quotas de visas pour les Algériens. On n’a pas dit que cette année nous allons délivrer un certain nombre de visas . Il est important de le dire », a déclaré à TSA, ce samedi 19 janvier, Xavrier Driencourt, à l’occasion de la réouverture de la librairie Mauguin à Blida.

L’ambassadeur de France à Alger répondait à notre question sur la baisse du nombre de visas délivrés par les services consulaires français aux Algériens en 2018, comparé à 2017. Le chiffre est passé de 413.000 à 297.000.

Y aura-t-il plus de visas pour les Algériens en 2019 ? « Il faut poser la question au consul général, j’en sais rien », a répondu Xavier Driencourt. « Il est difficile de le dire à l’avance », a repris Marc Sédille, consul général de France en Algérie, présent également à Blida.

Dans une précédente déclaration à TSA, Marc Sédille a précisé que la baisse du nombre de visas est lié notamment au changement de prestataire ( TLS a été remplacé par VFS) et au renforcement du contrôle aux frontières « à cause de la crise migratoire ». Interrogé sur la non-programmation de la visite d’État du président Emmanuel Macron en 2018 (l’annonce a été faite en décembre 2017 lors de la visite d’amitié d’Emmanuel Marcon en Algérie), l’ambassadeur de France a expliqué ce report par la situation sociale interne dans son pays.

Le Premier ministre français a annulé une visite en Algérie

« J’ai cru comprendre que depuis deux mois, il y a pas mal d’actualité (manifestations des Gilets jaunes) qui ont fait que le président de la République, qui effectivement envisageait de venir en visite d’État en Algérie, ait annulé plusieurs déplacements à l’étranger. Il est quelque peu retenu en France. Il a d’autres préoccupations », a-t-il précisé.

Selon lui, le Premier ministre français Édouard Philippe a également annulé une visite en Algérie qui devait avoir lieu en décembre 2018. « En décembre, le gouvernement avait un certain nombre d’urgences à traiter », a-t-il noté.

Une réunion du Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN) est prévue en 2019 mais sans date précise. « Compte tenu des annonces qui ont été faites en Algérie (organisation de la présidentielle en avril prochain), cette réunion sera retardée un peu. Nous gardons, pour l’instant, tous les projets et on les sortira dès que le four sera chaud. Là, vous allez être occupés plus par les questions internes que les questions étrangères en Algérie », a souligné Xavier Driencourt. Manière de dire que rien ne sera décidé avant la tenue de l’élection présidentielle, annoncée pour le 18 avril 2019.

« Nous cherchons à étendre notre coopération culturelle à l’ensemble du territoire algérien »

Selon lui, la coopération entre les deux pays fonctionne dans tous les domaines (économie, éducation, formation, etc).

« C’est la dixième fois que je viens à Blida. Aujourd’hui, c’est un peu exceptionnel avec la réouverture de cette librairie. L’Institut français d’Algérie (IFA) a apporté sa contribution en fournissant un certain nombre de livres. Il y aura des collaborations entre l’IFA et la librairie pour inviter des écrivains aux fins d’y animer des conférences et des débats », a annoncé Xavier Driencourt.

Selon Grégor Trumel, conseiller de coopération et d’action culturelles de l’ambassade de France, la coopération culturelle entre l’Algérie et la France est dynamique. « Cela concerne le cinéma, les arts, la musique mais aussi les écoles et les universités », a-t-il dit.

Xavier Driencourt a annoncé l’ouverture de deux écoles à Oran et à Annaba. « Et, en décembre, nous avons ouvert la maternelle et le collège du Lycée français d’Alger. Pas mal de choses avancent discrètement dans le domaine de l’éducation », a-t-il dit.

Grégor Trumel a parlé de plusieurs projets pour 2019. « Nous cherchons à étendre notre coopération culturelle à l’ensemble du territoire algérien. Nous essayons de travailler avec l’Algérie dans son ensemble, pas uniquement les grandes villes du Nord. Nous travaillons avec les universités pour essayer d’ouvrir des espaces. Nous soutenons le rachat de droits de livres francophones édités en France pour qu’ils soient publiés en Algérie à des prix abordables. Nous soutenons la traduction de livres de l’arabe vers le français et du français vers l’arabe. C’est important pour dépasser la barrière de la langue », a-t-il détaillé. Un concert du chanteur Julien Clerc est prévu à l’Opéra d’Alger Boualem Bessaieh en septembre 2019. La venue d’artistes français de renom en Algérie est en discussion actuellement.

La plus ancienne librairie d’Algérie

Fermée depuis 2008, la librairie Mauguin, la plus ancienne librairie d’Algérie, située dans les locaux mêmes de l’imprimerie du même nom à côté de la place du Premier novembre (Place Ettout) à Blida, a été rouverte au public.

« C’est une manière de fêter le 110e anniversaire de la création de cette librairie. Elle a été fondée en 1909 par la famille Mauguin. Nous avons donc décidé de rouvrir la librairie. À cette occasion, nous avons invité trois auteurs, Maissa Bey, marraine de l’événement, Mustapha Benfodil, et Mohamed Sari pour un débat avec le public. Nous avons tracé un programme culturel ambitieux pour la libraire. Nous allons installer des clubs de lecture. En partenariat avec le département littérature de l’université de Blida, nous allons ouvrir nos portes aux étudiants qui souhaitent faire des recherches », a souligné Souhila Lounissi, administratrice de l’Imprimerie et de la librairie Mauguin.

Elle a annoncé la reprise des rencontres littéraires, «Les causeries blidéennes », organisées à l’époque de Chantal Lefèvre, la précédente gérante décédée en octobre 2015, à la librairie. Ces rencontres auront lieu durant les week-ends.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close