search-form-close
Diabète : un pancréas artificiel pour remplacer les pompes à insuline

Diabète : un pancréas artificiel pour remplacer les pompes à insuline

Natalia Hepworth / EastIdahoNews.com
MiniMed 670G est destiné aux personnes de plus de 14 ans atteintes de diabète de type 1, ou diabète « insulino-dépendant ».

Fin avril, les États-Unis ont commercialisé le MiniMed 670G, un pancréas artificiel mis au point par le fabricant américain d’appareils médicaux Medtronic. Mais, contrairement à ce à quoi l’on pourrait s’attendre, il ne s’agit pas d’un organe artificiel implanté chez le patient, mais « d’une sorte de boîtier externe qui s’accroche à sa ceinture », rapporte le site Sciences et Avenir.

Doté d’un capteur sous-cutané qui mesure, puis affiche le niveau de glucose toutes les cinq minutes, une pompe perfuse ensuite de l’insuline via un cathéter sous-cutané. Il est destiné aux personnes de plus de 14 ans atteintes de diabète de type 1, ou diabète « insulino-dépendant ». Cela signifie qu’elles ne produisent pas suffisamment d’insuline, une hormone sécrétée par le pancréas qui permet de maîtriser le taux de glucose dans le sang (la glycémie).

Les diabétiques de type 1 doivent donc, plusieurs fois par jour, prélever une goutte de sang à l’extrémité d’un doigt et la déposer sur un appareil mesurant le taux de glucose. Ils s’injectent ensuite de l’insuline à l’aide d’une seringue au niveau de l’abdomen. Sans ce contrôle permanent, les malades risquent l’hyperglycémie (trop de sucre dans le sang) et peuvent tomber dans le coma, voire en mourir.

« Ce dispositif peut fournir aux patients atteints de diabète de type 1 une plus grande liberté, puisqu’ils n’ont plus à surveiller constamment et manuellement les niveaux de glucose de référence et d’administrer l’insuline », indiquait Jeffrey Shuren, l’un des directeurs scientifiques de la FDA, l’autorité sanitaire américaine, qui a donné son feu vert pour la commercialisation de ce pancréas artificiel en septembre 2016. Si aucun prix n’a été communiqué officiellement, ce pancréas artificiel coûterait entre 5000 et 8000 dollars, selon une estimation du cabinet d’analystes Jefferies réalisée en 2016.

Selon la Fédération algérienne des diabétiques, le nombre de personnes atteintes de diabète dans le pays atteint 12% de la population. Parmi elles, plus de 30% des diabétiques sont insulino-dépendants.

| LIRE AUSSI : Raffineries de sucre : une décision politique à grand risque sanitaire

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close