search-form-close

General Emballage se lance dans le recyclage des déchets

media.bobst.com
Ramdane Batouche, PDG de General Emballage (GE).

General Emballage (GE) poursuit sa politique d’investissement. Son PDG Ramdane Batouche annonce la création prochaine d’une usine de pâte à papier pour produire la matière première pour ses usines de production d’emballages et carton ondulé.

« Des organismes officiels et universitaires estiment que l’activité de récupération et de valorisation des déchets peut générer quelques 38 milliards de DA annuellement et créer des milliers de postes de travail. L’argent n’a décidément pas d’odeur », écrit Ramdane Batouche, dans le dernier numéro de la lettre interne de l’entreprise privée, dont le siège social est basé à Akbou, dans la wilaya de Bejaia.

Il précise que « l’Algérie consomme près de 600.000 tonnes de papier par an et n’en récupère qu’à peine 10%, dont une grande partie est exportée en l’état ». Il déplore que « les 90% restant se perdent dans la nature et viennent aggraver la pollution ». « C’est dire l’étendue du gâchis tant au plan de la qualité de vie que de l’efficience économique », regrette-t-il.

Ramdane Batouche poursuit en estimant, convaincu, que le recyclage des déchets, en plus de ses vertus sur l’environnement et la lutte contre le chômage, est une activité qui s’inscrit dans la droite ligne de la politique nationale de réduction des importations en les substituant par des produits fabriqués localement.

« Nous pouvons espérer avancer d’autant vite sur ce créneau en friche, que, à quelque chose malheur est bon, le déséquilibre de la balance commerciale, incite à rechercher la plus grande substitution possible de la production locale aux importations, et ce, en exploitant toutes les ressources productives disponibles et en l’occurrence la récupération et le recyclage des déchets », développe-t-il.

M.Batouche affirme que GE met « désormais cap sur une démarche de collecte de déchets de papier carton pour le recyclage ». « Cette activité constitue le premier jalon dans notre feuille de route pour la création d’un segment valorisation des déchets de papier qui puisse dans un proche avenir fournir de la matière première à nos usines », explique-t-il.

Il ajoute que la prochaine étape de ce projet, qui a déjà « avancé » avec la mise en place d’un réseau dense de « collecteurs fidélisés », est « la création d’un grand nombre de points de collecte spécialement dédiés ». Objectif : « atteindre le seuil critique en matière de récupération », précise-t-il. « La création, dans un avenir proche, d’une usine de pâte à papier deviendra une réalité palpable », termine, confiant le patron de GE.

Le volume annuel des déchets ménagers en Algérie est estimé à 12 millions de tonnes avec une proportion de 25% d’emballages de diverses matières. “Les journaux, magazines, imprimés publicitaires, papiers bureautiques, emballages en papiers, en cartons plats et ondulés, et autres, composent pour environ 10% notre poubelle. La proportion évolue de 9.39% en 2010 à 9.75% en 2014. Idéalement, GE devrait atteindre une collecte d’environ 400.000 tonnes/an soit environ 1000 tonnes par jour pour couvrir les besoins d’une éventuelle usine de production de papier”, précise Mohamed Bessa, directeur de communication et exportations chez GE.

General Emballage a inauguré il y a quelques mois une nouvelle usine à Sétif qui produit du carton paraffiné. Ce produit qui convient au secteur agricole était importé à 100%.

En 2016, GE a réalisé un chiffre d’affaires d’environ 11 milliards de dinars et emploie 1.100 personnes réparties sur ses trois sites de production d’Akbou, d’Oran et de Sétif. L’entreprise vise à réaliser 25% de son chiffre d’affaires à l’international d’ici 2020.

close