search-form-close
  • Brent: $63,21-0,02%
  • Taux de change: 1 € = 135,89 DZD (Officiel), 208 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Unesco : huit candidats en lice, pour moitié des pays arabes

Huit candidats présentés par leurs pays respectifs, pour moitié des pays arabes, sont en lice pour diriger l’Unesco. Les voici par ordre alphabétique des pays.

AZERBAÏDJAN

Né en 1945 à Bakou, Polad Bülbüloglu mêle une carrière de musicien, fonctionnaire et homme politique.

Chanteur et compositeur populaire à l’époque soviétique, acteur dans plusieurs films, il est ministre de la Culture entre 1988 et 2005 et ambassadeur d’Azerbaïdjan en Russie depuis janvier 2006.

Il se prévaut d’une expérience solide dans la gestion de crise, ayant dû faire face à la chute de financement après la chute de l’URSS en 1991.

“C’est une personnalité créative qui va apporter une contribution particulière” à l’Unesco s’il est élu, assure l’actuel ministre de la Culture Abulfaz Garayev.

CHINE

Qian Tang (Tang Qian en chinois), 66 ans, est un spécialiste de l’éducation qui a déjà passé près d’un quart de siècle à l’Unesco.

M. Tang a débuté sa carrière dans l’enseignement dans les années 70, avant différents postes dans l’administration chinoise.

Employé de l’ambassade de Chine au Canada, il choisit fin 1989 de rentrer à Pékin pour rejoindre le ministère de l’Éducation, quelques mois après la répression sanglante du mouvement de Tiananmen pour la démocratie.

Il est notamment titulaire d’un doctorat en biologie et d’un master en physiologie du sport obtenus au Canada.

ÉGYPTE

Moushira Khattab, née en 1944, ancienne ministre et ambassadrice, est docteure en droit international des droits de l’homme, engagée pour l’éducation, notamment des filles, la protection des femmes, des enfants, contre les mutilations génitales féminines.

Son image est celle d’une activiste des droits de l’homme et d’un exemple d’émancipation de la femme arabe. Sa candidature est perçue par certains comme une volonté de l’Egypte de redorer son blason sur la scène internationale.

Ancienne ambassadrice, elle a aussi été ministre adjointe des Affaires étrangères chargée des affaires culturelles internationales.

FRANCE

Audrey Azoulay, 45 ans, a été la dernière ministre de la Culture sous l’ex-président François Hollande.

Elle est passée par le Centre national du cinéma (directrice financière, puis numéro deux) et le ministère de la Culture.

Fille d’André Azoulay, conseiller du roi du Maroc, elle est notamment diplômée de l’ENA, qui forme les élites de l’administration française.

IRAK

Ancien ministre de la Santé, Saleh Mahdi Al-Hasnawi, né en 1960, est professeur, consultant en psychiatrie, expert en santé publique et député depuis 2010.

Il s’intéresse notamment de très près à la santé mentale des enfants. Dans ce registre, il dit avoir lancé une initiative pour la réadaptation psychologique des enfants victimes du groupe État islamique d’Irak et du Levant, en collaboration avec le Ministère irakien de la santé et l’Organisation mondiale de la Santé.

LIBAN

Vera El Khoury Lacoeuilhe, conseillère auprès du ministère de la Culture du Liban depuis 2016, a plus de 20 ans d’expérience au sein de l’Unesco et de plusieurs organisations internationales.

Diplômée de l’université américaine de Beyrouth et de l’université de New York, elle enseigne actuellement le droit international à l’Université de Paris Panthéon-Sorbonne.

La candidature de Mme El Khoury, peu connue du grand public, a surpris au Liban, alors que l’ancien ministre libanais de la Culture Ghassan Salamé, s’était mis sur les rangs.

QATAR

Hamad Bin Abdulaziz Al-Kawari, 69 ans, a une longue carrière diplomatique qui l’a conduit notamment en tant qu’ambassadeur en Syrie, en France, aux États-Unis, à l’UNESCO. Il a également été l’envoyé des Émirats auprès des Nations unies de 1984 à 1990.

Ancien Ministre de la Culture, des Arts et du Patrimoine, il est depuis 2016 conseiller au palais royal.

Ce francophile a notamment étudié à l’université parisienne de La Sorbonne d’où il est sorti diplômé de philosophie politique.

VIETNAM

Pham Sanh Chau, né en 1961, a grandi au Moyen-Orient, cumule les diplômes d’universités étrangères, les fonctions au sein du ministère vietnamien des Affaires étrangères et les postes diplomatiques.

Ministre adjoint des Affaires étrangères, il est également ambassadeur et Représentant spécial du Premier Ministre du Viet Nam auprès de l’UNESCO, depuis 2016.

Dès 1999, il a exercé ses premières fonctions auprès de l’organisation de l’ONU en tant qu’ambassadeur et délégué permanent du Viet Nam.

close
close