search-form-close
  • Brent: $62,15-0,85%
  • Taux de change: 1 € = 134,84 DZD (Officiel), 204,50 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Tebboune nommé Premier ministre à l’issue d’un ultime bras de fer avec Sellal

Abdelmadjid Tebboune est le nouveau premier ministre. Le nom de l’ancien ministre de l’Habitat circulait depuis déjà quelques mois dans les coulisses. L’homme est considéré comme un proche du cercle présidentiel, un fidèle qui a hérité de départements sensibles et stratégiques.

| LIRE AUSSIGouvernement : Tebboune remplace Sellal, les ministres chargés de vaquer aux affaires courantes

Le pouvoir a misé gros sur le secteur de l’Habitat pour acheter la paix sociale. Un pari presque gagné par Tebboune qui a relancé depuis son arrivée la formule AADL et réussi le relogement de milliers de familles.

D’ailleurs, pour le récompenser pour son travail et sa fidélité, Bouteflika lui a confié, début 2017, l’intérim d’un autre secteur sensible : le Commerce, avec notamment la gestion des licences d’importation.

Mais le secteur de l’Habitat a connu ces quatre derniers mois de sérieux problèmes financiers, accumulant des arriérés de 120 milliards de dinars, causant par la même l’arrêt de la majorité des chantiers. Après plusieurs tentatives pour régler le problème à l’amiable au sein de l’exécutif, le ministre de l’Habitat a opté pour la manière forte en mettant publiquement en cause son collègue des Finances.

| LIRE AUSSICréances impayées dans le BTP : l’aveu d’impuissance de Sellal

En réalité, c’est Abdelmalek Sellal qui était visé par ces critiques. Il lui est même reproché d’être derrière ce blocage. Son but était de « discréditer le ministre de l’Habitat, déstabiliser son secteur, et semer le doute et la grogne chez les milliers de souscripteurs aux différentes formules de logement soutenues par l’État », confient nos sources.

La crise financière dans le secteur de l’Habitat cachait en réalité de vives tensions politiques au sommet de l’État. La célérité avec laquelle l’argent a été débloqué donne du crédit à cette hypothèse. La nomination aujourd’hui de Tebboune à la place de Sellal la valide définitivement.

En fait, l’option Tebboune ne date pas de ce printemps 2017. En 2016 déjà, on parlait de lui comme Premier ministre. Depuis son nom est revenu de manière récurrente, jusqu’à sa nomination ce mercredi.

close
close