search-form-close
  • Brent: $50,56-0,47%
  • Taux de change: 1 € = 126,62 DZD (Officiel), 192.50 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Couacs en série au sommet de l’État

Sellal Anis Belghoul / New Press
Le premier ministre, Abdelmalek Sellal, inaugure la 50e Foire internationale d'Alger

Abdelmadjid Tebboune s’est plaint publiquement, mardi 16 mai, d’un manque de coopération de son collègue des Finances. Le ministre de l’Habitat affirme rencontrer des difficultés à obtenir les crédits nécessaires pour financer les différentes formules de logements soutenues par l’État causant ainsi l’arrêt de plusieurs chantiers, selon lui.

| LIRE AUSSICréances impayées dans le BTP : Tebboune accuse le ministère des Finances et le CPA

En fait, le problème remonte à plusieurs mois. Dans un premier temps, Abdelmadjid Tebboune avait nié l’existence de problèmes financiers, vraisemblablement pour rassurer les dizaines de milliers de souscripteurs, avant de sortir de sa réserve pour pointer du doigt Hadji Baba Ami. C’est une première dans les annales : jamais un ministre n’avait évoqué publiquement des tensions avec un collègue du gouvernement. Habituellement, les différends sont réglés en tête-à-tête ou à travers un arbitrage du Premier ministre.

Selon nos sources, « le ministère de Finances a refusé de coopérer avec le secteur de l’Habitat ». Les négociations menées depuis plusieurs mois peinent à aboutir à une solution concrète. La médiatisation d’un conflit entre deux ministres est un dysfonctionnement sérieux dans la gestion du gouvernement. Sellal aurait-il perdu le contrôle sur certains de ses ministres ? En sa qualité de coordinateur de l’action gouvernementale, le Premier ministre était censé, dans le cas du différend qui oppose Tebboune à Baba Ami, procéder à un arbitrage pour éviter justement au gouvernement une situation de conflit qui fragilisera davantage sa mission.

| LIRE AUSSICréances impayées dans le BTP : l’aveu d’impuissance de Sellal

Plus grave encore, le conflit concerne un dossier socialement sensible : le logement. Il fait partie des priorités du président Bouteflika pour garantir la paix sociale. Mais une source gouvernementale, qui s’est confiée à TSA, a déclaré que « le Président n’est pas au courant de ce problème ». D’ailleurs, « ce conflit n’aurait jamais éclaté au grand jour si le Président n’était pas malade », souligne notre interlocuteur. Cet aveu tranche avec les déclarations des officiels, qui affirment sans cesse que « le Président suit de près les affaires de l’État » et que sa maladie n’a aucunement affecté son travail.

En réalité, le gouvernement n’est pas à son premier couac. Hier, le secrétaire général du FLN en a rajouté une couche en annonçant solennellement que le Président a confié au premier ministre, Abdelmalek Sellal, la mission de consulter les partis politiques dans la perspective de former un nouveau gouvernement. Jusque-là, les consultations menées par Sellal avec les partis n’avaient rien d’officiel ou de formel. En faisant cette annonce, Ould Abbes laisse entendre que le Premier ministre a été reconduit dans ses fonctions. Or, une telle annonce est logiquement du ressort du président de la République.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis (7)

    • Genseric

      Genseric

      “Le président n’est pas au courant de ce problème ” … Donc confirmation que le président ne préside plus . Mais alors qui c’est qui est entrain de trafiquer en son nom ?

    • Samson

      Samson

      Une critique venant d’un journal vendu au Makhzen marocain ne peut aucunement être crédible. On ne peut pas se comporter en voyou et donner des leçons à d’autres.

    • RazikG

      RazikG

      le ministre de l’habitat accuse le ministre des finances de favoriser les entreprises du FCE en les finançant à travers la banque (95% des crédits alloués). Il ‘a pas financé les entreprises publiques accusées de mauvaise gestion (quand on veut tuer son chien…), ni les investissements de Sonatrach, mais bien ces soit disant entreprises qui pratiquent l’esclavage, qui ne déclarent nul part leurs employés, qui soit disant travaillent pour l’économie du pays (il a combien de sociétés offshore Haddad?). Alors de quel gouvernement on parle, quand ses membres travaillent sur injonction, et qui décident de rien?

    • Hoggar

      Hoggar

      Avec tout le respect au 1er Ministre Sellal j’ avoue qu’il a pas l’étoffe d’un chef du gouvernement il est trop cool avec ses Ministres et parfois ils ont profite quand on voit Bouchouareb qui lui répond d’une manière agressive a son chef c’est inadmissible être gentil certains en profitent quand on sait certains Ministres ne répondent point ne se présentent pas du tout à l’assemblée Nationale pour pour les questions orales des députés aux ministres ils se moquent des députés ,Mr Sellal il faut sévire avant que ça soit une chienlie !

    • hulagu

      hulagu

      avec ce qu’on voit on ne peut pas vraiment qualifier l’algérie d’état. c’est plus un territoire gérer par une mafia.

    • Genseric

      Genseric

      Ce gouvernement avec à sa tête Sellal ma rappelle la série comique ” Imarate EL Hadj Lakhdar “

    • Genseric

      Genseric

      Pauvre de nous et pauvre Algérie ! Voila où nous ont mené les “trabandistes ” de la politique .

  • À la une

    41Entretien avec Noureddine Boukrouh : « Où va-t-on comme çà ? »
    Il y a 12 heures

    Noureddine Boukrouh est fondateur du Parti du renouveau algérien (PRA) qu’il a…

    Noureddine Boukrouh est fondateur du Parti du renouveau algérien (PRA) qu’il a présidé jusqu’en 1992. Il a notamment été ministre du Commerce sous Bouteflika. Depuis quelques années, il ne s’exprime que très rarement sur les questions politiques. Dans cet entretien, il revient sur les derniers événements au sommet de l’État. ENTRETIEN.

    Quel regard portez-vous sur la nomination à la tête du gouvernement d'Abdelmadjid Tebboune, en remplacement d'Abdelmalek Sellal ?
    Les raisons du remplacement de M. Sellal par…

  • L'Actualité en temps réel

  • International